ActualitésPolitique

VAUVERT Ambiance "délétère", dette et investissements au menu du rapport d’orientation budgétaire

Le conseil municipal de Vauvert a présenté le débat d'orientation budgétaire. (Photo Boris Boutet)

Ce lundi, c'était l'heure du débat d'orientation budgétaire au conseil municipal de Vauvert. Les élus sont revenus sur la situation financière de la commune et sur les projections pour l'avenir.

 
Comme chaque année, le rapport d'orientation budgétaire et le débat qui s'ensuit sont l'occasion de faire le point sur les finances de la commune et de présenter des prospectives. Parmi les points chauds ce lundi, la dette qui avoisine aujourd'hui les 11 M€. Tandis que l'opposition pointe "des investissements très inférieurs aux villes de la même strate et une capacité de désendettement qui continue de se dégrader approchant un seuil critique", la majorité affirme quant à elle que celle-ci est maîtrisée.
"Quand nous sommes arrivés au pouvoir, la dette s'élevait à 15,7 M€, rappelle le maire, Jean Denat. Aujourd'hui, elle est à un niveau raisonnable et nous souhaitons la stabiliser. Notre commune est pauvre et n'a pas les moyens de se désendetter au risque de paralyser ses investissements." Pour sortir Vauvert de cette situation, pas question d'augmenter les impôts qui devraient rester stable tout au long du mandat. "Trop peu de gens en payent, pointe le maire. L'objectif c'est d'élargir l'assiette fiscale en attirant des familles. Il faut changer la structure de notre population, mais c'est une action au long cours." 

Un emprunt de 7,8 M€

Dans l'immédiat, pour financer ses projets, la majorité devrait souscrire un important emprunt de 7,8 M€. "Il s'agit d'une enveloppe pluriannuelle de financement, précise Jean Denat. L'idée est de profiter du prêt que l'on doit demander dans le cadre de l'extension de la gendarmerie pour obtenir un taux intéressant. Une partie de l'emprunt sera lancée cette année, le reste plus tard dans le mandat."
En 2021, c'est environ 2 M€ qui seront investis par la commune. Au programme notamment, la poursuite des travaux engagés sur le parc public de l’Espérion et le pôle d’échange multimodal (PEM). "Nous allons attaquer notre plan de rénovation énergétique et avons pas mal de maintenance et d'entretien de nos équipements, énumère Jean Denat. Cette année, nous allons lancer les études pour la restructuration du complexe sportif Léo-Lagrange." Dans le viseur, une reconstruction de la piste d'athlétisme, la création d'un skate-park et d'une salle de boxe, l'installation de nouveaux éclairage pour les courts de tennis, voire la construction d'un court couvert.

Une ambiance "délétère"

Tous ces projets ont été discuté au sein d'un conseil municipal où règne une "ambiance délétère" selon l'opposant Jean-Louis Meizonnet. "On y va avec la boule au ventre, le maire ne nous dit même plus bonjour et certains de ses colistiers sont obligés d'être discrets s'ils veulent nous saluer, déplore-t-il. Pourtant, nous ne sommes pas dans une posture d'opposition systématique. Quand j'ai lu ma déclaration, le maire s'est contenté d'une réponse humiliante sous-entendant que je n'avais sûrement pas été capable de l'écrire tout seul." 
Une situation qui ne semble pas perturber outre mesure Jean Denat qui garde en travers de la gorge une campagne municipale très tendue. "Ils nous ont sali et nos affaires se traitent en justice, tranche-t-il. J'ai beaucoup fait lors du précédent mandat pour que les relations soient bonnes, mais c'est terminé." Les choses ont le mérite d'être claires.

Boris Boutet

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité