A la uneActualités

LE 7H50 de Laurie Cassagne, responsable expansion pour Uber Eats : « Dès aujourd’hui, on pourra commander à Bagnols/Cèze »

Laurie Cassagne est responsable expansion pour Uber Eats France. Elle chapeaute l'arrivée du service de livraison à Bagnols/Cèze. (photo DR)
Laurie Cassagne est responsable de l’expansion pour Uber Eats France. Elle habite à Paris mais ses grands-parents vivent à Bagnols/Cèze. Et justement, c’est la quatrième ville gardoise où s’installe le service de livraison. Les commandes seront disponibles sur l’application dès ce jeudi, à 11 heures. Explications.
Objectif Gard : Pouvez-vous rappeler le concept d’Uber Eats ?
Laurie Cassagne : Le fonctionnement de l’application Uber Eats est simple. Les clients peuvent retrouver l’ensemble des restaurants partenaires dans l’application. Ils commandent directement sur l’application. Le restaurant reçoit et prépare la commande avant de la remettre à un coursier qui la livrera jusqu’à l’adresse du client.
Cela ne concerne-t-il que les restaurants ?
Dans un premier temps, on se focalise plutôt sur les restaurants qui sont notre cœur de métier, mais on a aussi pour ambition de développer la livraison de commerces de proximité, de supermarchés ou d’épiceries. Ce sont des partenaires qu’on va mettre sur l’application au fur et à mesure.
Vous lancez à partir de ce jeudi 18 mars, à 11h, l’application Uber Eats à Bagnols/Cèze. Pourquoi avoir choisi cette ville qui est quand même petite ? Est-ce rentable ?
Oui, dès aujourd’hui, on pourra commander à Bagnols/Cèze. Pour vous donner du contexte, on a lancé Uber Eats en France en 2016, à Paris dans un premier temps. Et ensuite, on a lancé les grandes agglomérations françaises et on a constaté un engouement des villes avec un bassin de population de plus en plus petit. Ce n’est vraiment qu'en 2019 qu’on a voulu accélérer cette expansion dans les villes de taille allant de petites à intermédiaires. Dans le Gard, on voit que c’est très dynamique. On est déjà présent dans pas mal de villes notamment Nîmes, Alès et Beaucaire. La zone d’Avignon couvre aussi Les Angles et une partie de Rochefort-du-Gard. Plus récemment aussi, on vient de lancer Pierrelatte (26) et on lancera la semaine prochaine Bollène (84). On veut continuer de développer notre service pour tous les habitants.
Pour commencer, Uber Eats se lancera avec six restaurants partenaires à Bagnols/Cèze. (photo Uber Eats)
Quand les habitants de Bagnols/Cèze pourront-ils passer commande ? Combien de restaurateurs sont partenaires dans la ville ?
On se lance sur le midi et le soir, de 11h à 14h30 et de 18h à 23h. Et petit à petit, on pourra ouvrir en continuité. Du côté des restaurateurs, on compte à ce jour six restaurants partenaires. C’est un mélange de restaurants locaux et de chaînes nationales. On a le restaurant Mc Donald’s, Fresh Burger, Kassia Food, L’Étincelle, Le Chill et Miyuki.
Et la liste est amenée à s’étendre bien sûr...
Exactement, on espère pouvoir doubler, puis tripler ce chiffre. Nos portes sont ouvertes à tous les restaurants qui souhaiteraient nous rejoindre. Et justement, pour soutenir un peu les restaurants dans cette période qui est compliquée en termes de restrictions sanitaires, on a décidé d’offrir tous les frais d’inscription aux restaurants qui rejoignent notre plateforme d’ici la fin du mois.
Au niveau du périmètre, est-ce que vous livrez seulement à Bagnols ou aussi dans les villages alentours ?
Au Nord, on va aller jusqu’à Fangas, Bazine, au Sud, on va après le Murel. À l’Est jusqu’à la colline de Jérusalem et à l’Ouest jusqu’à Colombier (à Sabran, NDLR). L’idée étant de s’étendre un peu plus au fur et à mesure. Il faut compter en moyenne 3,50 € de frais de livraison en plus du repas pour les clients. Mais le chiffre dépend de la distance à laquelle se trouve le restaurant du point de livraison.
Pour acheminer les livraisons, vous comptez sur combien de personnes ?
On devrait démarrer avec un peu moins de 10 coursiers. L’enjeu étant d’en compter davantage chaque semaine pour développer le service et pouvoir livrer en continu. Pour rappel, les coursiers sont des indépendants qui créent leur autoentreprise et sont libres de se connecter quand ils le souhaitent, où ils le souhaitent. Ça leur assure une grande flexibilité pour l’activité. Ils touchent une rémunération à la course, on compte en moyenne 5 € par course, qui peut varier en fonction de la distance entre le client et le restaurant.
Il y a une commission pour les restaurants partenaires ?
Il y a une commission de 30%, moyenne standard dans le secteur de la livraison. Ça permet aux restaurants d’avoir une vraie augmentation de leur chiffre d’affaires et cibler une nouvelle clientèle. Ou juste pouvoir avoir un autre canal de vente, surtout en ce moment où les salles sont fermées, ça permet de garder de l’activité. On essaye de se lancer dans un maximum de villes en ce moment pour soutenir les restaurateurs.

Propos recueillis par Marie Meunier

À partir de 11h, ce jeudi, vous pourrez commander sur Uber Eats dans les restaurants bagnolais. Il suffit de télécharger l’application, de vous géolocaliser à Bagnols et de commander dans l'établissement de votre choix.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité