ActualitésSociété

ALÈS Cratère : dixième jour d’occupation, des idées et des actions

Environ 60 personnes étaient massées sur le parvis du Cratère ce mercredi peu après midi, avant que la prestation d'Antoine Brissaud n'attire l'attention de plusieurs autres curieux. (Photo Corentin Migoule)

Ce jeudi, le collectif composé d'intermittents et de précaires entre dans son dixième jour d'occupation de la scène nationale alésienne sur le parvis de laquelle sera organisée une nouvelle assemblée générale à 12h30. Hier, plusieurs actions ont animé la journée de mobilisation. 

Rejoints samedi dernier par une partie des occupants de la salle Paloma à Nîmes, puis des membres de la Verrerie et du festival de cinéma Itinérances, les occupants du Cratère, qui n'étaient qu'une petite trentaine au départ, sont, à l'heure d'entamer le dixième jour de mobilisation, de plus en plus nombreux.

Tout a commencé le mardi 16 mars par la tentative avortée de prise du Pôle emploi Alès-Gardon, suivie d'une migration vers le centre-ville et le parvis du Cratère. Depuis, le collectif composé des "intermittents de l'emploi" et sa kyrielle de réclamations (réouverture des lieux de culture et abandon de la réforme de l'assurance chômage notamment), organise chaque jour (à 12h30) une assemblée générale.

Un temps de "prises de parole libres""tout le monde est le bienvenu à part ceux qui ne pensent qu'à exclure", au cours duquel se succèdent au micro plusieurs militants souhaitant bien souvent témoigner anonymement et qui, pour certains, s'affublent volontiers du titre de "gilets jaunes de la première heure."

Après plusieurs minutes de discussion, "les hommes en bleu" ont laissé filer "les hommes en blanc" (Photo Corentin Migoule)

Ce mercredi, avant de partager un repas tiré du sac "avec les invendus de deux boulangeries voisines", une dizaine de militants s'était munie d'une combinaison blanche et d'un masque en mode "Anonymous" pour parader dans les rues de la capitale cévenole. La "flash mob" a occasionné l'intervention de la police (notre photo) avant que celle-ci ne décide, après un échange de plusieurs minutes, de laisser les "hommes en blanc" poursuivre leur déambulation.

Ces derniers ont donc rebroussé chemin vers le parvis du Cratère où une partie du collectif, qui avait assuré une distribution de tracts matinale dans les rues de la ville, les attendait pour l'agora du jour. Devant une assistance d'une petite centaine de personnes composée en partie par des enfants, l'acrobate "Dalilo" a donné une prestation remarquée depuis le toit du Cratère (notre vidéo).

Des ateliers de cirque, ainsi que plusieurs activités réservées aux bambins, ont animé ce mercredi après-midi. S'ils ne sont qu'une dizaine à dormir chaque soir dans l'enceinte du Cratère, les "intermittents de l'emploi" sont de plus en plus nombreux à se reconnaître dans ce mouvement contestataire grandissant initié le 16 mars dernier.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, 85 lieux culturels sont désormais occupés dans l'Hexagone. Et à en croire les militants alésiens qui promettent de rester "le temps qu'il faudra" car ils ont "plein d'idées", ce n'est pas prêt de s'arrêter.

Corentin Migoule 

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité