ActualitésSociété

TOROS Vivre sa passion en faisant vivre l’élevage passionnel

Ici, la Calue ! (Photo Anthony Maurin).
Un parrainage et une belle historie à naître avec la ganaderia La Paluna à Saint-Gilles (Photo Anthony Maurin).

C'est une sacrément belle initiative qui est proposée par la ganaderia La Paluna à Saint-Gilles sur la route de Fourques. Devenir ganadero à moindre frais et à haute valeur ajoutée, c'est possible avec le parrainage. Explications.

N'avez-vous jamais rêvé de devenir éleveur de toros bravos ? Les plus passionnés y sont parvenus à force de labeur et de croyance, les autres sont rentrés dans le rang mais ont gardé en eux l'envie, le désir, l'inaccessible souhait. Avec cette foutue période qui nous éloigne des réalités et de la vie que l'on aimait partager, la notion même de l'élevage évolue.

Le ganadero Vincent Fare est l'instigateur du projet qui a débuté : " On a eu cette idée pour s'en sortir car ça devient chaud... Sans aide comme mes copains manadiers c'est dur et on en voit pas le bout donc on a pensé à ça. Enfin c'est Lara qui a eu l'idée. C'est une manière d'impliquer les aficionados avec nous, et plus généralement de ne pas oublier la tauromachie ! "

Vincent et Lara vous attendent et vous feront découvrir leur monde et celui de leur élevage (Photo DR).

Et l'idée, que nous détaillerons plus loin, a bien fonctionné ! " C'est vraiment énorme on n'aurait jamais pensé un tel engouement et c'est là qu'on se rend compte que c'est une superbe idée ! Nous n'avons eu que de très bons retours et des gens en liste d'attente pour être parrain d'une éventuelle vache qui serait sélectionnée après la tienta ! Ça fait chaud au cœur et ça va nous aider énormément à passer la crise... ! Des aficionados de toute la France, de tout âge, on va vivre de grands moments ! " affirme Vincent. Il faut dire que depuis quelques jours déjà l'idée trottait dans les têtes de Lara et Vincent. Première phrase de la publication, " Avez-vous déjà rêvé d'être 'un peu' ganadero et de profiter au maximum de ce noble animal qu'est le toro ? " Il n'en fallait pas plus pour déclencher les belles passions.

" Ce que nous vous proposons peut, si vous le souhaitez, vous faire découvrir les coulisses de la ganaderia la Paluna et vivre les avantages de l'élevage sans les inconvénients. Vous pourrez être présents pour le marquage, les tientas privées, les novilladas, le sevrage du veau, appelé 'destete' en Espagne, les jours de vermifugation, l'embarquement... Une immersion en plein cœur battant de notre élevage de toros bravos. Pour pouvoir vivre tout cela, et ce pour une période définie de 3 ans, nous vous proposons de devenir parrain ou marraine d'une des mères de la Paluna. "

Comment ça fonctionne ?

Les 25 mères (les vaches donc) étaient en photo sur la page Facebook de la ganaderia. Vous choisissez votre vache coup de cœur et quand les conditions sanitaires le permettront vous irez la voir au campo sur rendez-vous. Attention, une vache ne peut avoir qu'un seul parrain (ou marraine) et le parrainage s'étend sur une période de trois ans (pour une bonne raison).

" Une fois la vache choisie, nous enverrons des nouvelles, des photos, et lorsque la vache fera un petit, nous choisirons avec le parrain ou la marraine le prénom de celui-ci. Vous serez invité à venir avec la personne de votre choix pour rencontrer le nouveau né. Ensuite, vous pourrez suivre les grandes étapes de la vie du veau comme par exemple la vermifugation, le sevrage, le marquage, une tienta pour les femelles ou une novillada pour les mâles. "

Ici, la Calue ! (Photo La Paluna).

Quel est le tarif ? Comptez 150 euros par parrainage à envoyer par chèque ou virement. 150 euros, soit, pour résumer cette offre, pour 50 euros par an sur trois ans les amateurs qui auront joué le jeu auront droit à des visites du campo, une place pour une novillada et/ou une tienta, la possibilité d'assister au marquage, au destete et de voir les manipulations des toros braves au quotidien sans oublier la découverte des veaux nés de ces mères brave !

" Nous avons choisi une durée de trois ans pour avoir la certitude que les parrains et marraines puissent suivre au moins un produit engendré par leur filleule, et, s'ils ont de la chance sur cette période, peut-être verront-ils naître un mâle et une femelle ! Voilà notre idée, voilà comment vous, aficionados, aficionadas, vous pouvez nous aider à traverser cette crise, mais en retour en vivant une expérience unique...! On vous offre la possibilité de voir des choses que vous n'avez jamais vu, au plus près, et de partager intimement notre vie de ganaderos. 25 mères attendaient de trouver un parrain ou une marraine ont trouvé leur bonheur en à peine plus de 15 heures de temps...! " conclut Vincent Fare.

Une autre mère à parrainer (Photo La Paluna).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité