A la uneNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Un nul et des regrets

Benrahou encore et toujours (Photo Anthony Maurin).

Menant 1-0 à 11 contre 10, les Crocodiles ont laissé échapper deux points précieux dans la course au maintien.

En supériorité numérique et menant 1-0, les Nîmois se sont fait rejoindre par les Strasbourgeois dans les dernières minutes. Que de regrets.

Avec la défaite de Lorient à Marseille (3-2) samedi, l’équation était simple pour les Nîmois. Une victoire face au Racing Club de Strasbourg et les joueurs de Pascal Plancque laissaient la place de barragiste aux Merlus. Simple à comprendre mais pas forcement à mettre en œuvre d’autant que les Crocodiles restaient, avant ce match, sur trois rencontres sans victoire aux Costières et qu’ils n’avaient remporté qu’une des six dernières journées. De leur côté, les Alsaciens arrivaient avec petit bilan d’une victoire et trois défaites depuis la mi-mars.

Pour ce match d’une extrême importance, le coach nîmois décide de faire trois changements par rapport au onze de départ de la semaine dernière à Brest (1-1). Cubas déclare forfait à cause d’une blessure, Landre et Ueda débutent sur le banc et Miguel, Deaux et Guessoum retrouvent une place de titulaire. La charnière centrale Guessoum – Miguel, qui avait déjà été alignée victorieusement contre Lorient (1-0), est reconduite.

Une première période sans saveur

Les Strasbourgeois tirent les premiers. Sur un centre venu de la droite, Ajorque remise dans l’axe pour Lienard dont la reprise tendue passe de peu au-dessus des cages de Reynet (5e). On se dit alors que cette rencontre débute bien. Pourtant les 40 minutes suivantes ont beaucoup de mal à sortir les débats d’un terrible ennui. Pour Nîmes, un petit réveil intervient sur un corner de Benrahou repris par une tête piquée de Miguel mais qui passe à côté (32e). Douze minutes plus tard, on prend les mêmes et on recommence. Cette fois Benrahou frappe un coup-franc dans la boite que Miguel propulse de la tête à côté (32e).

La pause approche tranquillement dans la torpeur des Costières quand Alakouch déborde et centre au point de penalty. Fomba s’y trouve en position idéale mais sa reprise de volée s’envole dans les nuages (40e). C’est là le pic émotionnel d’une première période oubliable. La seconde période débute avec cinq minutes de retard car les arbitre ont des problèmes d’oreillettes.

Un rouge pour Guilbert, un but pour Ripart.

Sur le terrain, Guilbert fait une faute sur Deaux qui hurle de douleur (46e). Malgré l’inquiétude suscitée par les cris du Nîmois, plus peur que de mal car le milieu de terrain reprend le match (46e). Cependant l’arbitre de la rencontre expulse le Strasbourgeois et le NO se retrouve à 11 contre 10. La situation, jusque-là fermée, ne tarde pas à basculer en faveur des Crocodiles.

Alakouch lance Ferhat dans la surface de réparation visiteuse et c’est le moment que choisi le Strasbourgeois Djiku pour confondre la jambe gauche de Ferhat avec le ballon. La faute est indiscutable, et indiscutée, et l’arbitre accorde le penalty que Ripart transforme (1-0, 55e). Nîmes, qui à cet instant n’est plus barragiste, se retrouve face à un dilemme, prendre des risques en attaque et gérer cette avance en supériorité numérique.

Strasbourg se pose moins de question avec une première frappe cadrée de Carole qui oblige Reynet à se coucher (64e). Mais le pire est à venir. À dix minutes du terme, Miguel fait une faute sur Sahi dans la surface de réparation. Le pénalty est cette fois pour les Alsaciens. Liénard le tire, Reynet le repousse sur le tireur qui ne laisse pas passer cette seconde chance (1-1, 82e). Les Crocodiles pourtant à 11 contre 10 viennent de laisser filer une victoire qui leur tendait les bras.

Norman Jardin

33e journée de Ligue 1. NÎMES OLYMPIQUE – RACING CLUB DE STRASBOURG 1-1.

Stade des Costières. Mi-temps : 0-0. Rencontre disputée à huis-clos. Arbitre : M. Gautier. But pour Nîmes : Ripart (55e sp). But pour Strasbourg : Lienard (82e sp). Avertissements à Strasbourg : Aholou (29e) et Thomasson (61e). Caton rouge à Strasbourg : Guilbert (54e).

Nîmes : Reynet – Alakouch, Guessoum, Miguel, Meling – Deaux – Ferhat, Fomba, Ripart (Aribi, 88e), Benrahou (Eliasson, 83e) – Koné (Roux, 88e). Remplaçants non utilisés : Landre, Sarr,, Ahlinvi, , Paquiez,, Ueda et Nazih. Entraîneur : Pascal Plancque.

Strasbourg : Sels - Caci, Mitrovic, Djiku, Guilbert - Liénard, Thomasson (Bellegarde, 67e), Sissoko, Aholou (Chahiri, 76e) – Diallo (Sahi, 76e), Ajorque (Carole, 55e). Remplaçants non utilisés : Prcic, Kawashima,, Siby, Zohi, et Elimbi. Entraîneur : Thierry Laurey.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité