A la uneAlès-CévennesEconomie

FAIT DU SOIR À Bagard, la nouvelle brasserie artisanale écoresponsable fait déjà recette

Joffrey Jaschke, heureux propriétaire de la microbrasserie Triple A. (Photo Corentin Migoule)

Installé depuis un peu plus d'un an à Bagard près d'Alès, Joffrey Jaschke vient d'y ouvrir sa microbrasserie artisanale écoresponsable qui a aussi la particularité de ne produire que des bières éphémères. Son activité, aussi récente qu'encore méconnue, séduit déjà les locaux.

Joffrey Jaschke est un homme heureux. Depuis quelques semaines, le trentenaire met sa passion en bouteille. Gérant d'un camping aux Fumades durant 17 ans, celui qui a habité à Calais pendant une dizaine d'années où il a "vu le tunnel sous la Manche se construire" a dû rebondir après le rachat de son établissement par le groupe Capfun.

Amateur de "bonnes bières", c'est en voyant son neveu brasser lui-même son breuvage qu'il a envisagé sa reconversion. "J'ai vu que le brassage ce n'était pas si compliqué donc je m'y suis mis", explique simplement celui qui n'a jamais triché avec l'artisanat. "Au camping, on avait deux bars et on a toujours fait en sorte de proposer des bières artisanales aux clients."

Mauvais timing, bon rebond

En recherche dans un premier temps d'un local en périphérie d'Alès suffisamment grand pour y réaliser une production massive, Joffrey Jaschke a finalement renoncé, lâché par les banquiers. "Il faut dire qu'en leur présentant mon dossier en mars 2020, à l'aube d'un confinement, je n'avais pas choisi le meilleur timing", se marre l'entrepreneur, toujours adepte du bon mot.

Qu'à cela ne tienne, trop impatient de se lancer dans le grand bain pour attendre une accalmie épidémique potentiellement synonyme d'optimisme du côté des banques, le Nordiste a pris le taureau par les cornes en bâtissant de ses mains un local dans son jardin. Ouvert au public depuis fin mars, ce dernier y accueille chaque jour des clients locaux comme cet habitant de Bagard venu acheter un lot de 6 bières pour la deuxième fois (notre photo).

Pour la deuxième fois en peu de temps, ce client est venu acheter un lot de 6 bières. (Photo Corentin Migoule)

S'il préfère parler de "styles" plutôt que de "couleurs" de bières parce qu'avec ça "le client ne sait pas vraiment ce qu'il achète", l'homme de 39 ans, formé à l'Institut français de la brasserie et de la malterie de Nancy, brasse des bières artisanales écoresponsables au goût très varié : "Il y a beaucoup de brasseries de qualité dans le coin donc ce n'est pas la peine de reproduire la même chose et de rentrer en concurrence. Mon but c'est d'apporter des recettes qui sortent de l'ordinaire."

Ainsi, le brasseur livre des productions éphémères en ne suivant jamais la même recette. Dix variétés différentes ont déjà été expérimentées en attendant les quatre nouvelles actuellement en fermentation. L'une d'entre elles ne sera pas commercialisée : "J'ai fait un test avec un malt de millet mais le résultat ne me plaît pas. Elle va finir à l'égout", se marre celui qui se sert exclusivement dans une malterie artisanale bio implantée dans le Tarn (Occitanie).

Jusqu'au-boutiste dans sa démarche écoresponsable, Joffrey Jaschke est un adepte du réemploi : "Je récupère les bouteilles vides en incitant les clients à les ramener. Elles sont ensuite lavées, désinfectées et réutilisées." Un procédé qui permettrait d'économiser 75 % d’énergie et 50 % d’eau par rapport au recyclage. Parce qu'il ne fait rien à moitié, le trentenaire offre l'excédent de malt à la ferme de Saint-Christol-lez-Alès qui peut alors nourrir ses animaux avec cette céréale disposant toujours d'une valeur nutritionnelle après avoir été concassée.

"Tout le monde a voulu que je revienne"

Installé sur le bassin alésien depuis près de vingt-ans, le natif de l'Oise se sent plus que jamais Gardois et a donc opté pour un nom qui sonne local à l'heure de donner une identité à sa marque baptisée "Triple A". "Un A pour artisanal, un A pour Alès et un A pour "ale" qui veut dire "bière" en anglais", justifie le trentenaire qui a choisi l'appellation à la suite d'un concours organisé via une plateforme sur internet. Visiblement adepte des démarches participatives, le Bagardois en a fait de même pour l'élaboration du logo. Le design des étiquettes de la future gamme "création" a lui été confié à un autre habitant du village, le dessinateur Hilar.

Le vendredi 11 juin, de 9 heures à midi puis de 14 heures à 19 heures, le créateur de Triple A exposera au petit marché d'Auvergne à Saint-Christol-lez-Alès. Une journée de dégustation similaire a déjà été organisée au début du mois dernier, lui offrant une belle vitrine : "Tout le monde a voulu que je revienne", apprécie celui qui vend également ses créations au V and B d'Alès et dans plusieurs bars et restaurants de Vézénobres.

Mais alors qu'il s'attend à produire 80 hectolitres de breuvage sur l'année 2021, le microbrasseur ne compte pas rester "petit" éternellement. Après s'être fait la main, lorsque les perspectives économiques seront plus enthousiasmantes, celui qui exerce une activité annexe d'agent immobilier pour "payer les charges" entend passer la vitesse supérieure en investissant un local plus grand pour y brasser en quantité autre chose que de l'air.

Corentin Migoule

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité