A la uneCamarguePolitique

UN JOUR, UN CANTON À Vauvert, la Gauche et le RN refont le match, la Droite en arbitre

Le canton de Vauvert est peuplé d'un peu plus de 40 000 habitants ce qui fait de lui le premier du Gard. Il réunit dix communes : Aigues-Vives, Aubord, Beauvoisin, Bernis, Codognan, Mus, Uchaud, Vauvert, Vergèze et Vestric-et-Candiac. Trois binômes sont en lice sur le canton. 

À Vauvert, la Gauche et l'extrême-Droite ont pris l'habitude de ferrailler. Les campagnes tendues et les résultats très serrés sont désormais monnaie courante. Si le Parti Socialiste a remporté les deux dernières élections municipales, le Rassemblement National reste sur un succès lors du scrutin départemental de 2015.

Pas forcément très connu à l'époque, Nicolas Meizonnet a depuis pris de l'épaisseur en siégeant notamment à l'Assemblée nationale en remplacement de Gilbert Collard, devenu député européen. Après avoir un temps hésité à se mettre en danger en repartant en campagne pour le Département, Nicolas Meizonnet s'est finalement décidé afin de maximiser les chances de victoire de son parti qui nourrit de sérieux espoirs de conquête dans le Gard. Exit par contre Béatrice Provost, sa binôme de l'époque, qualifiée "d'erreur de casting" après qu'elle a quitté le parti en 2018. Cette fois, c'est Carole Calba-Schwartz, élue d'opposition à Vauvert, qui a été choisie.

Bruno Pascal joue gros à plus d'un titre

Face à un Rassemblement national qui fait figure de favori du scrutin et entend bien conserver ses sièges sur un canton qui lui est favorable, la Gauche s'avance unie dès le premier tour. Ce n'était pas le cas il y a six ans. Battue aux côtés de Jean Denat, - qui avait sans doute à l'époque payé une certaine "nationalisation" du scrutin suite à la visite de Manuel Valls pendant la campagne -, Pascal Fortunat-Deschamps repart elle aussi au combat.

Celle qui est désormais maire de Vergèze avait pourtant dans un premier temps affirmé "vouloir se consacrer uniquement à sa commune". Elle aura finalement pour binôme l'ancien raseteur Bruno Pascal. Ce dernier, adjoint aux Festivités à Vauvert, et vice-président délégué à l'Économie de la communauté de communes de Petite Camargue, joue gros à plus d'un titre.

La Droite se bat pour exister

Au-delà du poste de conseiller départemental, cette élection pourrait - à l'instar de Jean Denat en 1998 - le propulser comme le potentiel candidat de la Gauche à la mairie de Vauvert. En cette fin de mois de juin, Bruno Pascal joue donc également un match à distance avec Katy Guyot, présente en haut de la liste de la socialiste Carole Delga aux élections Régionales, et qui pourrait aussi être candidate à la succession de Jean Denat qui a annoncé qu'il ne repartirait pas en campagne.

En net recul sur le canton, la Droite a eu le plus grand mal à se trouver des candidats. Elle est malgré tout présente sur la ligne de départ. Ce sont deux Uchaudois qui défendront les couleurs des Républicains. Ancien raseteur et ex-conseiller municipal dans sa commune, Thomas Dumont part aux côtés d'Houda Guétari qui avait remporté le scrutin en 2015 en tant que suppléante de Béatrice Pruvost, la binôme... RN de Nicolas Meizonnet. Un choix surprenant pour un parti qui, à deux reprises, a refusé les voix du parti d'extrême-Droite qui auraient pu lui permettre de récupérer la présidence du Département.

Boris Boutet

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité