ActualitésGardNîmesSociété

NÎMES Deuxième édition pour le congrès des arènes de la plasmaphérèse thérapeutique

Le robot ILY® est un télémanipulateur porte-urétéroscope à multiples degrés de liberté placé à proximité du patient et piloté à distance par le chirurgien grâce à une mini-console sans fil. (Photo : CHU de Nîmes)
Au service réanimation au CHU de Nîmes. (Photo Archives Romain Cura/ObjectifGard)

Pour ce deuxième colloque des arènes de la plasmaphérèse thérapeutique différentes disciplines et équipes françaises et internationales se sont données rendez-vous à la faculté de médecine dans le but de mettre en exergue les diverses techniques d’aphérèse thérapeutique.

Bon, d'accord, on n'y comprend pas grand chose mais c'est tout de même assez important pour s'y arrêter quelques instants. Prenez quelques secondes et tentez de comprendre quelque chose qui vous concerne. La plasmaphérèse est une technique extracorporelle permettant de soustraire du sang des macromolécules pathogènes.

Les indications reconnues à la plasmaphérèse concernent des pathologies neurologiques, rénales, hématologiques ainsi que des maladies systémiques de sorte que plusieurs spécialités de la médecine sont concernées par cette technique. Les bénéfices et les risques de la plasmaphérèse intéressent donc de nombreux médecins. "Nous sommes convaincus qu’aujourd’hui l’échange de nos compétences et connaissances est essentiel à l’optimisation d’une prescription individualisée de l’aphérèse thérapeutique", indique le professeur Olivier Moranne, chef de service néphrologie-dialyse-aphérèse du CHU de Nîmes.

Lors de ces deux journées de rencontres consacrées à la plasmaphérèse, les différents intervenants français et internationaux ont pu débattre et échanger sur les différentes applications de cette méthode de purification sanguine extracorporelle. "Enfin une réunion en présentiel dans la belle ville de Nîmes, pour des échanges scientifiques de grande qualité et un partage d’expérience internationale pour un domaine très innovant", ajoute le professeur Moranne.

Lors de cette deuxième journée de congrès, un focus a été mis sur l’aphérèse thérapeutique et la covid-19. "C’est une réelle fierté d’accueillir à Nîmes cette deuxième édition du congrès des arènes de la plasmaphérèse thérapeutique, preuve de l’excellence et du prestige désormais établis de notre CHU, conclut Nicolas Best, directeur général du CHU de Nîmes. Je tiens à remercier chaleureusement les participants ainsi que le professeur Olivier Moranne pour ces riches échanges autour des questions de néphrologie."

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité