A la uneActualitésGardNîmes

FAIT DU SOIR Les bénévoles des Nuits de Nemaus passent à l’essayage

Une tenue de pauvre... Comme toujours pour Christian ! (Photo Anthony Maurin).
Les tentes sont prêtes et commencent à accueillir les bénévoles pour les essayages de leurs différents costumes (Photo Anthony Maurin).

Culturespaces présentera sa nouvelle édition des Nuits de Nemaus les 5, 6, 9 et 10 août prochains aux arènes de Nîmes. Le moment de l'essayages des costumes est venu.

Le spectacle immerge petits et grands quelques siècles en arrière, au cœur de l’histoire de la construction de Nîmes. Pour quatre représentations, l’amphithéâtre romain sera plongé dans une atmosphère poétique alliant projections d’images, ambiance sonore et lumineuse, mais aussi spectacle vivant et équestre. Ce spectacle estival est l’occasion de redécouvrir le patrimoine historique et culturel de Nîmes.

Une tenue de pauvre... Comme toujours pour Christian ! (Photo Anthony Maurin).

Mais pour que tout cela fonctionne, il faut des costumes, des beaux costumes ! Même si la nuit tous les chats sont gris, les costumes se voient et s'il ne sont pas de qualité, c'est la véracité du propos qui sera amoindrie. Pendant 1h30, ce spectacle son et lumière animera une fresque vivante mettant en scène plus de 200 comédiens, danseurs et cascadeurs. Des équipes spécialisées de régie technique participent à l’animation du spectacle en animant le mapping, les jeux de lumières, les effets sonores et les décors.

D'autres auront droit à de la couleur et des belles matières (Photo Anthony Maurin).

Mais pour l'heure, ce sont les essayages qui sont à l'ordre du jour. Comme il faut prendre le temps des choses, tout s'étale sur plusieurs journées, longues pour les costumières mais tellement sympas pour les bénévoles... Chacun sait quoi faire, les anciens guident les nouveaux.

C'est trop joli ! Les costumes sont de qualité. Comme pour le premier essai des Nuits de Nemaus il y a déjà deux ans, c'est la même société qui a été choisie pour fournir les habits des 19 scènes du spectacle. Il faut dire que seuls les professionnels ont autant de choix ! On se croirait au cinéma. Rangés sur des portants, classés par groupe de bénévoles et en parfait état, les costumes de l'éditions 2021 promettent monts et merveilles.

Les accessoires sont aussi importants que le reste (Photo Anthony Maurin).

Un exemple, un bénévole apparaît dans quatre scènes. Pour ses débuts, il sera un civil romain dans l'antique ville de Nîmes. Après, il peut aussi incarner un guerrier qui part en croisade, un camisard qui prend les armes et un paysan qui prend sa timbale lors du mariage de Nemaus et Diane ! Pour chaque rôle, un costume. Sur sa galère qui sera bientôt détruite, l'Égyptien ressemblera à un Égyptien (n'oubliez pas les pauvres bougres qui seront au fond des cales des galères et que nul ne verra...!) de l'époque. Idem pour le chevalier qui va guerroyer pour la ville sainte, pour le local protestant qui échappe aux dragonnades ou pour le paysan qui va contribuer à la création du Denim.

Quelques autres possibilités (Photo Anthony Maurin).

"J'aime beaucoup mes costumes. L'an dernier j'avais trouvé ça fantastique, je ne suis pas déçue cette année encore. La qualité est là, ils sont agréables à porter et c'est toujours une aventure de vente en essayage. Nous n'avons pas l'habitude, c'est comme un jeu mais nous savons que bientôt, le jeu se transformera en pression car avec le public et quand on entre en scène, costume ou pas, ça fait peur !", avoue une bénévole. Mais avec le costume, on est aussi une autre personne. Toute la pression part dans les mailles des tenues vestimentaires pour s'envoler au-dessus des arènes, loin des beaux et bons moments que permet ce spectacle.

C'est par là ! (Photo Anthony Maurin).

En quatre actes, les souvenirs de Nemaus prennent la forme de tableaux poétiques. Le spectateur voyagera dans le temps en partant de l’Antiquité et de la naissance à la civilisation pour passer par le Moyen Âge et la maîtrise de la force, aborder l’amour de la Renaissance qui s'achèvera presque par les guerres de religion et, tout le monde sera embarqué au cœur de la la vie quotidienne au XIXe avec l’invention du Denim qui plongera le spectateur dans l'opulence nîmoise de l'époque.

Anthony Maurin

Au pied des arènes, au plus proche de la piste pour permettre aux bénévoles de se changer au plus vite et d'intégrer leurs scènes sans encombre (Photo Anthony Maurin).

Les Nuits de Nemaus, de 5 a 38 euros. Pass sanitaire obligatoire avec la présentation de la carte d'identité pour les 18 ans et plus. Les catégories 1 et 2 sont en assis numéroté, la catégorie 3 est en assis placement libre. Le tarif réduit est valable pour les enfants de moins de 12 ans. Les enfants de moins de 4 ans ne payent pas et sont sur les genoux des parents.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité