A la uneActualitésBagnols-Uzès

COLLIAS Le secrétaire général de la préfecture vient voir les seuils et moulins menacés

Le secrétaire général de la préfecture Frédéric Loiseau (au centre, cravate rouge) était à Collias ce jeudi matin où il a notamment rencontré le maire Jonathan Pire (2e en partant de la G.) et le sénateur Laurent Burgoa (3e en partant de la G.) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le moulin Roger-Fages, un peu en aval de celui d'Henry Remezy, doit aussi être détruit. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Depuis des mois, la mairie de Collias et l’Association pour la protection du Gardon et ses affluents se battent pour sauver deux moulins à eau ainsi que leurs seuils, voués à la destruction par les services de l’État au nom de la loi Barnier. 

En cause : les risques d’inondation sur le Gardon et l’Alzon, qui justifieraient la destruction d’édifices considérés par leurs défenseurs comme faisant partie du patrimoine local, les fondations des moulins remontant à l’époque romaine. Au printemps dernier, une visite des élus départementaux était organisée sur place pour prendre conscience de la réalité du terrain. Ce jeudi, c’est le secrétaire général de la préfecture du Gard Frédéric Loiseau qui leur a succédé, accompagné notamment du sénateur Laurent Burgoa, qui a pris fait et cause pour les moulins et les seuils de Collias. 

Cette visite « donnait suite à une réunion de travail en préfecture il y a quelques semaines, où le sous-préfet (d’arrondissement, autre titre du secrétaire général de la préfecture, ndlr) m’a laissé entendre qu’il était assez ouvert à la discussion », indique le maire de Collias Jonathan Pire. La discussion s’oriente vers trois pistes pour les moulins. 

La première serait de porter un projet de territoire avec le Pont du Gard, dont le directeur Sébastien Arnaux était présent lors de la visite, autour des moulins, « un projet d’archéologie culturelle avec le développement d’activités pédagogiques », explique le maire. La deuxième serait d’y domicilier la nouvelle brigade équestre de Collias, vu que le moulin Remézy dispose d’écuries et de box équipés. La troisième serait d’y héberger les renforts de police et de pompiers durant la saison estivale.

Le seuil du moulin des Machins ou Vieux moulin, sur le Gardon à Collias (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Quant au seuil du moulin dit des Machines ou Vieux moulin, sur le Gardon, lui aussi menacé, Jonathan Pire affirme qu’il est « primordial de le maintenir pour pouvoir y créer une potentielle production hydroélectrique. » Le maire, qui dit avoir rencontré trois prestataires dans le domaine, argue du « haut potentiel hydroélectrique » du seuil, qui pourrait produire, d’après les prestataires contactés, « 66 % de la consommation totale des résidents de Collias, soit 310 foyers. » Et, cerise sur le gâteau, « les prestataires sont prêts à rénover le seuil et à créer une passe à poissons », ajoute-t-il. 

En attendant, le maire veut pouvoir réparer le seuil en question, fragilisé par quelques brèches, pour ne pas hypothéquer plus son avenir. Il espère surtout convaincre les services de l’État de ne pas détruire le seuil et les moulins. « C’est du patrimoine de notre pays », estime le sénateur Laurent Burgoa, qui est intervenu sur le sujet auprès du ministère de la Culture. « Il faut arriver à un consensus, ajoute-t-il. Entre le blanc et le noir, il y a du gris. » 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité