ActualitésNîmes

NÎMES Des places en plus pour le travail d’intérêt général

Le Conseil municipal de Nîmes (Photo Anthony Maurin).
Le conseil municipal de Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Le conseil municipal de Nîmes a voté la création de cinq places supplémentaires de travail d'intérêt général (TIG) pour les majeurs. Le développement et la diversification de ces peines sont prévus pour une meilleure stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance.

Il existe donc une peine alternative à l’incarcération prononcée par un tribunal correctionnel ou par un tribunal de police en répression d’un délit ou d’une contravention de cinquième classe. Elle consiste à effectuer un travail non rémunéré au profit de la collectivité d’une durée variant de 20 heures à 400 heures dans un délai de 18 mois au plus (120 heures maximum pour une contravention et 400 heures pour un délit). Avant le prononcé de la peine de TIG par le tribunal, le président de l’audience recueille systématiquement le consentement du prévenu.

Cette peine apporterait une réponse à l’acte condamnable en permettant à la collectivité de contribuer positivement à l’action de la justice en proposant des tâches citoyennes dans l’intérêt de la commune et de ses habitants. La délibération en date de 2019 a précisé les quinze places existantes de TIG au sein de la collectivité : deux places dans les musées, cinq places à la direction cadre de vie, une place au service festivités logistiques, deux places au service intervention proximité et cinq places à la direction des sports.

Ce service judiciaire est le correspondant de la ville comme l’agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle. L’encadrement et l’organisation technique du travail sont assurés par des référents volontaires de la ville. Le conseil municipal a donc voté la création de cinq places supplémentaires de travail d’intérêt général supplémentaires portant à 20 le nombre total de places. Trois seront attribuées à la voirie et deux dans les musées.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité