A la uneAlès-CévennesÉducation

ALÈS Assia Tria, première femme à la tête de l’école des Mines

Assia Tria, première femme à diriger l’IMT Mines d’Alès. (Photo DR)

Native d’Alès, ancienne élève du lycée Jean-Baptiste-Dumas et titulaire d’un doctorat en électronique, optronique et systèmes, Assia Tria s’apprête à devenir, à 53 ans, la première femme à diriger le prestigieux IMT Mines d’Alès.

L’année 2021 est celle de tous les bouleversements pour le prestigieux IMT Mines d’Alès. Ébranlée par l’éclatement de plusieurs affaires d’agressions sexuelles en son sein l’hiver dernier (lire ici), la célèbre école d’ingénieurs alésienne avait dû faire face aux secousses médiatiques. Un contexte pesant qui avait conduit Thierry de Mazancourt à remettre sa démission le 8 mars 2021, abandonnant le poste de directeur qu’il occupait depuis 2018.

Si Pierre Perdiguier, en qualité de directeur adjoint chargé de la recherche, a assuré l’intérim avec brio, la situation ne pouvait être que temporaire. Ainsi, dès la fin de l’année, Assia Tria, native d’Alès et ancienne élève du lycée JBD, devrait devenir la première directrice de l’école des Mines. « Le conseil d’école a émis un avis favorable à l’unanimité », a écrit le maire grand’combien, Patrick Malavieille, sur ses réseaux sociaux ce lundi soir, quelques minutes après avoir pris part à ce rendez-vous important. Partageant une info abondant dans le même sens sur son profil Facebook, l’ancien bâtonnier Nordine Tria s’est dit « fier » de la nomination de sa sœur cadette.

Âgée de 53 ans, mère de deux enfants et dernière d’une famille de six enfants, Assia Tria sera officiellement présentée dans quelques jours lors du conseil d’administration de l’IMT Mines d’Alès. Une réunion à l’issue de laquelle un avis sera rendu avant que l’arrêté de nomination ne soit signé par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances qui contrôle le ministère de l’Industrie dont dépend l’entité alésienne.

Chargée d’affaires au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA-Leti) de Montpellier jusqu’en 2019, la quinquagénaire a rejoint depuis deux ans le CEA-Leti de Grenoble où elle est directrice scientifique du département sécurité des systèmes embarqués et composants électroniques. Auparavant spécialiste de la sécurité des cartes à puce chez Thalès, Assia Tria est une habituée des postes à responsabilité. À Alès, la mère de famille sera servie. Il s’agira de redorer l’image écornée de l’Institut Mines-Télécom d’Alès en braquant davantage la lumière sur le degré d’excellence dont il est dépositaire depuis bien longtemps, faisant de lui la 6e école généraliste de France dans le palmarès 2021 du Figaro Étudiant.

Corentin Migoule

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité