A la uneFaits DiversGard

ENQUÊTE Le père de famille assassiné au fusil de chasse avait déposé plainte récemment

photo illustration

Il n'avait aucune chance de s'en sortir. Un père de famille a été tué, hier, abattu de près avec une arme de chasse... Il a reçu plusieurs impacts au niveau de la tête après un tir survenu à courte distance, selon une autopsie réalisée ce mercredi matin à l'institut médico légal du CHU de Nîmes dirigé par le docteur Mounir Benslima.

Cet artisan, qui fabriquait des piquets de protection, partait travailler mardi matin à 7h30. Il avait l'habitude de quitter son domicile, comme tous les matins de la semaine, à ce même créneau horaire. Hier, il était sur le départ de sa propriété, au milieu des vignes et à l'écart de la commune de Vauvert, lorsqu'il a été pris pour cible. Une détonation a été entendue par le père de la victime sans qu'il n'imagine dans un premier temps le drame survenu. C'est quelques minutes plus tard que cet homme a retrouvé son fils âgé de 35 ans, allongé à terre et mort, près du portail d'entrée.

C'est d'ailleurs en quittant sa propriété que la victime, mariée et père de deux jeunes enfants, a été exécutée. L'entrepreneur a été pris pour cible alors qu'il venait de sortir de son fourgon pour ouvrir le portail d'entrée de sa demeure.

Selon nos informations, la victime était responsable d'une entreprise prospère. Elle avait déposé des plaintes à plusieurs reprises concernant des incendies criminels visant certains de ses biens à l'intérieur même de sa propriété. Des véhicules lui appartenant avaient été détruits par les flammes ainsi que du matériel professionnel qu'il entreposait près de chez lui. Plusieurs plaintes avaient été enregistrées par les gendarmes de Vauvert, notamment en 2019 et 2020. La dernière plainte date de mai 2021. Dans ces dossiers, il n'y a pas eu d'interpellation et aucune mise en cause malgré les investigations.

C'est la section de recherches de Nîmes qui est en charge de l'enquête ouverte pour "assassinat", avec l'aide des gendarmes du groupement du Gard. Un dossier criminel supervisé par la procureure adjoint, Véronique Compan.

Boris De la Cruz

 

 

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité