ActualitésAlès-CévennesEnvironnement

ALÈS Avec le label Apicité, la ville garnit son armoire à trophées

Max Roustan procède à l'enfumage des ruches municipales avant la récolte du miel. (Photo Corentin Migoule)
Max Roustan, maire d’Alès et apiculteur de formation. (Photo Corentin Migoule)

Le lundi 15 novembre, le label Apicité, décerné par l’Union nationale de l’apiculture de France (UNAF), a été remis à la ville d’Alès, couronnant ainsi son engagement en faveur de la protection de l’abeille et de l’environnement.

Nicolas Perchoc, conseiller municipal de la ville d’Alès délégué au Développement durable, en déplacement à Paris le 15 novembre, est allé en personne assister à la remise du label qui a eu lieu au siège de la Société nationale d’horticulture de France, situé dans le 7e arrondissement parisien.

Le label Apicité, lancé en 2016 par l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF), récompense les collectivités qui se mobilisent pour la protection de l’environnement et la cause de l’abeille. À but non lucratif, il vise à mettre en avant l’implication des collectivités dans la préservation des abeilles et des pollinisateurs sauvages.

Ne pas s’arrêter en si bon chemin

La municipalité alésienne, qui candidatait pour la toute première fois à l’obtention de ce label, s’inscrit pleinement dans cette dynamique : « Cette distinction n’est pas un point de départ mais bien une continuité de ce qui est fait par la ville en termes de biodiversité », assure Nicolas Perchoc, citant tour à tour le projet alimentaire territorial, la plantation régulière de plantes mellifères dont profitent les butineuses du rucher municipal, et l’engagement « zéro-phyto », entre autres.

Et le vice-président d’Alès Agglo d’ajouter : « Avec un maire apiculteur de profession, c’était logique qu’on le tente (rires). » L’intéressé, Max Roustan en l’occurrence, dit ressentir « une émotion toute particulière » suite à cette labellisation, et y voit « la reconnaissance d’un travail de longue haleine vieux de 25 ans ».

Accordé pour deux ans, le label apparait aux yeux de Nicolas Perchoc comme « un bel encouragement à continuer dans cette voie, voire à franchir le cap supérieur », via l’obtention de la deuxième abeille « démarche remarquable ». Pour y parvenir, il a été conseillé à la ville d’Alès d’« œuvrer plus en profondeur sur la sensibilisation du grand public », notamment auprès des scolaires, tout en effectuant un travail « plus poussé en matière de lutte contre le frelon asiatique ».

Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité