A la uneActualitésEconomieEnvironnementPolitiqueSantéSociétéVidéo

LES DÉBATS DE 13H Variant Omicron et refuges pour animaux

Hier soir, sur le plateau de Bonsoir le Gard, les journalistes, sociétaires et invités ont comme d’habitude débattu de plusieurs thèmes d’actualité. Une petite séance de rattrapage pour ceux qui ont manqué l’émission avec un menu riche et varié : variant Omicron et refuges pour animaux.

La 5e vague est bien installée en France et voilà qu’un nouveau variant pointe le bout de son nez. Baptisé Omicron, on ne sait pas encore grand-chose sur lui. Une chose est sûre : ces multiples mutations laissent craindre un virus plus contagieux et surtout, plus dangereux que le variant Delta qui pourrait peut-être résister aussi aux vaccins. Venue d’Afrique du Sud, ce variant a précipité le monde dans l’angoisse et poussé l’ensemble des pays à des mesures pour éviter son arrivée sur ses terres. Ainsi, les autorités françaises ont décidé de fermer les frontières temporairement avec plusieurs pays d’Afrique australe, dont l’Afrique du Sud. Mais n’est-ce pas déjà trop tard ? Encore davantage quand le ministre de la Santé lui-même annonce que le variant est probablement déjà arrivé en France. Alors doit-on fermer l’ensemble de nos frontières durant l’épidémie ?

***

Après la découverte d’une dizaine d’animaux morts dans un refuge de Lunel (Hérault), les associations de protection des animaux sont en colère. Visite des forces de gendarmerie, plainte, mise à l’abri des animaux : les actions ont été nombreuses pour éviter une récidive. Mais s’agit-il là d’un acte isolé ou d’une maltraitance régulière ? Ces refuges pour animaux de compagnie sont pourtant soumis à déclaration auprès de l’État. Et depuis le 1er janvier 2018, ils doivent aussi respecter des règles sanitaires et de protection animale notamment une surface minimale dédiée pour chacun des animaux accueillis ainsi que des obligations quant aux locaux, installations et équipements des établissements. Les visites d’inspection des services vétérinaires sont-elles suffisantes ? Comment mieux contrôler ces centres souvent débordés par l’accueil des animaux abandonnés et qui souffrent d’un manque de bénévoles ?

Les débats en vidéo :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité