A la uneActualitésPolitique

LE 7H50 La députée La République en marche Catherine Roux-Daufès : « La cinquième circonscription n’est pas une seigneurie… »

Catherine Roux-Daufès, député En Marche de la 5ème circonscription du Gard (Photo : Nicolas Dhombres)
Catherine Roux-Daufès, député En Marche de la 5ème circonscription du Gard (Photo : Nicolas Dhombres)

Rallongement du délai pour avorter, écriture inclusive ou encore bien-être animal... La nouvelle députée de la 5ème circonscription du Gard était l'invitée de notre émission Bonsoir le Gard. Il y a cinq mois, Catherine Roux-Daufès a succédé à Olivier Gaillard qui, élu maire de Sauve, a dû lui laisser son siège, en raison de la loi sur le non-cumul du mandat. 

À 58 ans, Catherine Roux-Daufès est un nouveau visage de la politique gardoise. Directrice de collège, elle est devenue députée après la démission d’Olivier Gaillard, élu maire de Sauve. Issue du MoDem, elle se retrouve complètement dans la politique de La République en marche et du «"en même temps" du Président Macron.

Si elle se défend d’être en campagne, Catherine Roux-Daufès aura fort à faire pour conserver son poste de parlementaire. Sur la cinquième circonscription, les électeurs ont plutôt le cœur à Gauche. En 2007, malgré la vague sarkozyste, le député William Dumas (et non Damien Alary, ndlr) avait réussi à se faire élire, tout comme son prédécesseur Damien Alary en 2002. « Pour l’instant les députés se consacrent à faire réélire Emmanuel Macron. Les investitures ne seront connus qu’après l’élection présidentielle, soit le 24 avril », soutient-elle.

Plusieurs candidats de Gauche sont déjà en lice pour piquer son fauteuil à Catherine Roux-Daufès tel que le conseiller départemental du Vigan, Martin Delord. Un candidat apparenté Parti socialiste qui a été élu dès le premier tour des dernières élections départementales de juin. « La cinquième circonscription n’est pas une seigneurie où l’on hérite d’un territoire ! », rétorque la parlementaire. Ancienne institutrice en maternelle et CP, Catherine Roux-Daufès a dit tout le mal qu’elle pensait de l’écriture inclusive en répondre à l’un des "sociétaires" de l'émission du soir, Bonsoir le Gard, d’Objectif Gard, Olivier Jalaguier : « Je ne supporte pas l’écriture inclusive, je déteste ! D’ailleurs je ne réponds pas aux mails qui me sont envoyés avec l’écriture inclusive », une pratique récente visant à écrire avec une égalité parfaire entre les genres.  

Catherine Roux-Daufès a également parlé de son vote contre la loi sur le rallongement du délai pour avorter. Un texte qui prévoit de passer de 12 à 14 semaines. « J’ai voté contre à cause de la suppression du délai de réflexion obligatoire. Sur un acte irréversible, on doit maintenir ce temps de réflexion », a-t-elle expliqué. À noter toutefois que ce délai reste maintenu pour les femmes qui le souhaitent. La clause de conscience des médecins est également conservée, permettant aux médecins de refuser de pratiquer une IVG (interruption volontaire de grossesse). Pour que le texte soit définitivement adopté, il doit repasser sur la table des sénateurs qui, en première lecture en janvier, l’avaient rejeté. Retrouvez ci-dessous l'intégralité de notre interview. 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité