A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Les notes des Crocos après le succès contre Rodez (3-2)

Omarsson a inscrit son premier doublé sous le maillot nîmois (Photo Anthony Maurin).
Naomichi Ueda a été impérial de la tête [Photo via MaxPPP]
Au lendemain de chaque match du Nîmes Olympique, la rédaction sport d’Objectif Gard vous propose une analyse des prestations individuelles des Crocos. Retour sur les performances d’hier soir lors du succès 3-2 face à Rodez. 

Le Croco clé

Elias Mar Omarsson (8/10) : Deux buts marqués et une passe décisive ! Que demander de plus pour un attaquant. Après un premier tir arrêté par le gardien (4e), l’Islandais réalise une inspiration géniale en remisant de la poitrine pour Koné (18e) qui marque. Derrière, le Scandinave inscrit son premier doublé sous le maillot nîmois et porte son total à six buts cette saison en 26 apparitions, deux mois et demi après sa dernière réalisation. Il bénéficie d’un centre parfait de Sadzoute sur le premier et d’une offrande de Mpasi pour le deuxième avec un lob plein de sang froid. On l’a même vu réaliser une passe transversale précise pour Benrahou. La soirée parfaite !

Au cas par cas

Scotty Sadzoute a été impressionnant hier soir (Photo Anthony Maurin).

Per Kristian Bråtveit (5/10) : Match mitigé pour le Norvégien. Même s’il ne peut pas grand chose sur les deux buts avec deux frappes à bout portant, il n’a pas réalisé d’arrêt significatif. Après une première sortie moyenne (29e), il a failli se trouer sur un centre de Danger en ne captant pas le cuir (66e). En fin de match, il s’impose dans les airs et s’interpose sur le tir lointain de Danger (90e).

Gaëtan Paquiez (5/10) : Défensivement, le défenseur formé au club n’a pas montré la même solidité qu’habituellement et est mis en cause sur les deux buts. Malgré un bon tacle (16e), il est pris par la feinte de Danger sur la réduction de l’écart (52e). Sur l’égalisation, il oublie de faire le pas de plus pour s’aligner avec ses partenaires, ce qui permet à Célestine, le buteur, de ne pas être hors-jeu. Remplacé par Burner à la 74e.

Naomichi Ueda (6/10) : Bonne prestation de la part du défenseur japonais, impérial de la tête avec de multiples ballons repoussés sur des centres ruthénois. Au pied aussi, il a été efficace. En revanche, il se fait dribbler sur le but de Danger et cela vient ternir sa performance.

Pablo Martinez (6/10) : Après avoir été en grande difficulté contre Sochaux, samedi dernier, le capitaine, de retour en tant que titulaire, a montré davantage d’assurance dans ses interventions notamment devant Corredor (10e). Il n’est pas concerné par les buts encaissés et a signé une jolie sortie de balle sur 40 mètres (26e).

Scotty Sadzoute (7/10) : Sans aucun doute la meilleure prestation du latéral depuis son arrivée dans le Gard cet hiver. Le Réunionnais a d’abord montré de l’aplomb sur le plan défensif avec deux tacles propres sur Buades (3e, 15e). Puis offensivement, il est à l’origine du premier but grâce à un superbe centre du gauche pour Omarsson qui décale ensuite Koné. Après un festival sur son couloir gauche, marqué par un petit pont, il ajuste un centre millimétré pour Omarsson et délivre ainsi sa première passe décisive sous la tunique rouge. Le joueur prêté par Louvain a montré qu’il peut être le nouveau titulaire à ce poste avec le départ de Sainte-Luce. Petit bémol, il ne suit pas Danger sur la réduction de l’écart.

Antoine Valerio (5/10) : Aucun des trois milieux nîmois ce soir s’est mis en évidence. Le joueur en fin de contrat en juin prochain a manqué de justesse technique dans ses transmissions même s’il a gratté quelques ballons. Remplacé par Delpech (60e) qui a beaucoup couru.

Lamine Fomba (5/10) : Mardi, son coach a préféré donner le brassard à Eliasson et l’ancien auxerrois est resté sans réaction lorsque ses partenaires ont célébré le maintien. Le plus gros achat de l’histoire du club (3M€) ne semble plus avoir la tête dans le Gard et cela ressent sur le terrain. Il signe encore une prestation insipide sans jamais peser sur le match. Remplacé par Guessoum (84e).

Julien Ponceau (5/10) : Le milieu prêté par Lorient ne se distingue guère plus que Fomba. Il n’a pas pris le dessus sur le milieu adverse. Ponceau est en retard au marquage de Raux Yao (24e) qui aurait pu marquer de la tête. Le Franco-Angolais a tenté sa chance mais sa frappe était trop molle (26e).

Yassine Benrahou (6/10) : Ménagé mardi, le meneur de jeu était de retour ce soir en tant que titulaire. Derrière les deux attaquants, il s’est fait remarquer en touchant pas mal de ballons en début de partie. L’ancien bordelais a encore montré sa qualité technique sur corner et dans ses passes. Néanmoins, il signe un sixième match d’affilée sans être décisif. Remplacé par Eliasson (60e) qui poussera le gardien aveyronnais à se trouer dans les arrêts de jeu.

Moussa Koné (6/10) : On ne retiendra qu’une chose de la copie rendue par le Sénégalais : après deux mois de disette, il a enfin retrouvé le chemin des filets. Grâce au caviar d’Omarsson, il a trompé du droit Mpasi. Le duo d’attaque a été complémentaire. Remplacé par Briançon (74e) qui a fait son grand retour après plus d’un an d’absence. Quel plaisir de revoir le capitaine historique refouler la pelouse des Costières. Il s’est signalé par un tacle autoritaire sur Depres, son ami et ancien coéquipier.

Le coach — Nicolas Usaï (6/10) : Dans cette série de trois matches en six jours, le coach a bien géré le turnover qui plus est avec un effectif limité. Cette association à deux attaquants s’est avérée payante. Faute de choix, il doit composer au milieu avec des joueurs qui sous performent. Il a offert quelques minutes de jeu à Briançon qui attendait cela avec impatience.

L’arbitre — M. Vernice (6/10) : L’arbitre de cette rencontre n’a pas eu à trancher de situation litigieuse. Les avertissements sortis semblent logique. Il souhaiterait sans doute arbitrer ce genre de match chaque samedi.

L’adversaire — Rodez (6/10) : Inexistant en première période, Rodez s’est réveillé au retour des vestiaires et a fait son retour rapidement en marquant à deux reprises en trois minutes. Derrière, les Aveyronnais ont continué de pousser. Sur une reprise de la tête, Depres a raté une balle de match, le ballon vient mourir à côté du poteau de Bratveit. Derrière, Mpasi plombe son équipe avec une cette bourde monumentale. Le Raf méritait le point du nul.

Le match (7/10) : 22 tirs dont 10 cadrés et cinq buts marqués, on a assisté à une rencontre animée hier soir au stade des Costières. Chaque équipe a eu sa période mais Nîmes a su profiter d’une erreur adverse pour s’imposer. Un match prolifique intéressant à suivre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité