ActualitésÉducationGardNîmesSociété

GARD Des appentis parlent de leur expérience Erasmus

Les jeunes partis à Rubi en Catalagne (Photo Anthony Maurin).
Les jeunes du CFA sont à l’écoute et viennent parler de leur séjour catalan (Photo Anthony Maurin).

En mars et avril 2022, deux promos de EPLEFPA Nîmes Rodilhan et du CFA du Gard ont eu l’occasion de réaliser un stage Erasmus respectivement en Espagne et en Belgique. Ils partagent leur retour d’expérience.

C’est à la Maison de l’Europe que le bilan a été tiré sur des expériences aussi diverses que variées, plaisantes qu’impliquantes. Outre les financements assurés compris pour l’aspect culturel et touristique, le programme Erasmus permet aussi une certification (Europass Mobilité) qui valorise le séjour. Une cérémonie de remise des Europass était organisée pour finaliser leur stage à la Maison de l’Europe.

Directeur de la Maison de l’Europe de Nîmes, Michael Stange connaît l’avantage à partir vivre une expérience professionnelle à l’étranger. « C’est un moment important pour vous ! Cette petite cérémonie et le verre de l’amitié sont là pour marquer le coup. Je suis également très heureux de voir la présence d’Henry Brin, conseiller régional d’Occitanie car la Région finance beaucoup pour les projets de mobilité internationale. »

Henry Brin, conseiller régional, ajoute, « Mes filles ont fait comme vous ! Une est partie en Allemagne, l’autre en Belgique. On sort ainsi de sa zone de confort, c’est enrichissant, ça permet d’acquérir des savoir-faire différents et j’ai hâte de vous entendre parler d votre expérience. De plus, le CFA de Rodilhan est un bon CFA, un CFA tourné vers l’avenir et le futur. »

(Photo Anthony Maurin).

C’est Grégory, le référent mobilité du CFA qui présente le séjour long de 15 jours. « Notre CFA est engagé dans la mobilité européenne depuis 2013 avec la ville de Rubi et 2015 avec celle de Comines en Belgique. 140 jeunes sont déjà partis pour y exécuter des travaux et grâce à la Maison de l’Europe nous avons passé un cap, nous structurons mieux nos dossiers. »

Cela n’empêche pas les écueils. Tout ne s’est pas bien passé pour les Gardois partis en Belgique (Comines). Le groupe d’apprenants en baccalauréat professionnel « Aménagement paysager » était visiblement très motivé mais cela n’a duré que deux jours. Un chantier particulièrement ambitieux et des horaires plus que chargés. Pour Sophie et Laurie, accompagnatrices, « Les sept élèves en 1ère année de Bac pro aménagement paysager ont passé 15 jours pour travailler sur les aménagements du collège de la Lys, un partenaire. Nous avons dû stopper le contrat qui nous liait à l’entreprise Saugrain car elle faisait travailler nos jeunes 12 heures par jour… L’échange a forcément été moins fructueux mais nous avons valorisé l’entrée du collège qui manquait d’attrait. Les jeunes ont pu faire un jardin des sens en version médiévale. »

Prévu pour une classe entière, le chantier était adapté à 14 jeunes. Seuls sept sont partis, les autres étaient plus frileux quant à se faire vacciner et donc à pouvoir partir à l’étranger. Enfin, l’expérience fut mitigée car la frontière était plus que proche et que la Belgique parle tout de même très bien le français… Mais après deux ans sans séjour et sous la bulle Covid, il fallait bien passer à autre chose.

Les jeunes partis à Rubi en Catalagne (Photo Anthony Maurin).

Du côté de Rodilhan et pour le groupe parti à Rubi, les relations internationales de jeunesse permettent aux apprenants de vivre des rencontres interculturelles à travers le monde. Guy, Anne et Vincent, accompagnateurs, parlent de cette belle expérience. « Ils étaient 12 et ont travaillé sur le projet pendant quatre ou cinq mois avant le départ. C’est rare de tout faire de A à Z… Ils ont chiffré, quantifié, fait les plans de réalisation qu’ils ont envoyé à la Mairie de Rubi avec leurs idées puis, ils sont allés sur le site quand ils ont eu l’accord. Il était question de mettre en place une montée escalier, des jardinières, de réhabiliter un boulodrome, des bancs et de poser de l’irrigation dans ce parc. »

La Maison de l’Europe, Rue de la République à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

La Mairie avait une demande spéciale, rendre accessible aux PMR ce parc tout en gardant une bonne visibilité sur les espaces de jeux. Le climat et les sols sont différents, la manière de travailler aussi.  Cela fait sept ans que le CFA de Rodilhan travaille avec Rubi et au coeur d’un quartier, quatre réalisations sont l’oeuvre de l’établissement gardois… Un futur quartier français ?

« Nous aidons les jeunes à préparer leur séjour et avec eux nous faisons le bilan. Les jeunes ayant fait un séjour mobilité à l’étranger sont plus rapidement embauchés en entreprise et 64 % des entreprises  estiment que cette expérience est positive pour un salarié » conclut Michael Stange. Quoi qu’il en soit, les élèves et accompagnateurs ont tous senti une progression dans leur vision du travail. Entraide, équipe, écoute, défi et épanouissement étaient des mots qui revenaient souvent lors de cette session de retrouver d’expérience.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité