A la uneActualitésBagnols-UzèsSociétéVidéo

FAIT DU SOIR Du soleil et du folklore pour le retour de la fête des amoureux de Roquemaure

La fête des amoureux s'est tenue exceptionnellement en mai cette année à Roquemaure. (Marie Meunier / Objectif Gard)
La fête des amoureux s’est tenue exceptionnellement en mai cette année à Roquemaure. (Marie Meunier / Objectif Gard)

D’habitude, la fête des amoureux de Roquemaure vient réchauffer les coeurs engourdis par le froid du mois de février. Cette 25e édition est un peu spéciale car elle a été exceptionnellement déplacée les 14 et 15 mai, en raison du contexte sanitaire. Soleil et chaleur étaient bien au rendez-vous.

Cela faisait trois années que cette fête bisannuelle n’avait pu se tenir. À la municipalité, on est heureux qu’elle ait pu avoir lieu en 2022, avant le début des grands travaux qui vont être menés en centre-ville. Pendant tout le week-end, les visiteurs ont pu profiter de la présence d’une vingtaine d’orgues de Barbarie, de musiciens et de saltimbanques dans les rues, d’un marché de producteurs ou encore de démonstrations autour des métiers d’antan.

Mais le temps fort de la manifestation, c’est la reconstitution historique du 25 octobre 1868. Ce jour-là est une énorme fête à Roquemaure. En effet, un riche propriétaire viticole du village achète les reliques de Saint-Valentin à Rome, pour protéger le pays contre le phylloxera qui ravage les vignes. Près de 15 000 personnes chantent et dansent dans les rues pavoisées d’oriflammes en cette journée d’espoir.

C’est ainsi que la fête des amoureux est entrée dans le patrimoine de Roquemaure et se voit célébrée tous les deux ans autour du 14 février (sauf cette année). Les villageois louent des costumes d’époque, confectionnés par les couturières de l’association de Saint-Valentin, pour participer au cortège. Au fil des ans, les bénévoles ont réussi à réaliser plus de 500 habits différents.

Ce dimanche, environ 300 personnes ont défilé en tenue bourgeoise ou du peuple. Certains tractent une charrette, d’autres dansent en robe provençale… Ils sont accompagnés d’attelages et de fanfares. Dans les rues et sur le boulevard national, les enfants courent pour voir le cortège de plus près. Toute la commune est plongée dans une ambiance festive et folklorique le temps d’un week-end où l’horloge à remonter le temps est enclenchée direction le XIXe siècle.

Retour en images…

Une vingtaine d’orgues de Barbarie ont investi le village. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Les métiers d’antan étaient aussi à l’honneur. (Marie Meunier / Objectif Gard)
De nombreuses animations de rues étaient au programme. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Grand temps fort de la fête des amoureux : le défilé de l’an 1868. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Le public était au rendez-vous pour cette 27e édition. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Le cortège démarre. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Au fil des ans, l’association Saint-Valentin a confectionné plus de 500 costumes d’époque différents pour que les Roquemaurois puissent s’en vêtir et défiler avec. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Certains ont opté pour des tenues bourgeoises. (Marie Meunier / Objectif Gard)
D’autres pour des vêtements plus provençaux et populaires. (Marie Meunier / Objectif Gard)
D’autres ont même fait le défilé en calèche. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Calèche tractée par deux beaux comtois. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Les tambours et fifres de Gemenos étaient également dans le défilé. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Lors de l’arrivée des reliques de Saint-Valentin en 1868, près de 15 000 personnes étaient dans la rue à Roquemaure. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Même les couches les plus populaires de la population étaient représentées. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Trois cavaliers ouvraient le cortège. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Le 25 octobre 1868 a vraiment été vécu comme un jour de fête et d’espoir. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Les participants n’ont pas souffert du froid de février cette année. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Le défilé a fait deux tours de Roquemaure, en passant par le boulevard national. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Plusieurs danses provençales ont rythmé le défilé. (Marie Meunier / Objectif Gard)
(Marie Meunier / Objectif Gard)
Aux yeux du public, c’est vraiment une fête qu’il faut conserver car elle est porteuse de traditions et d’histoire. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Certaines dames du public ont même été invitées à pousser la charrette de Marius. (Marie Meunier / Objectif Gard)
(Marie Meunier / Objectif Gard)
(Marie Meunier / Objectif Gard)
Les majorettes de Roquemaure en tenue d’époque. (Marie Meunier / Objectif Gard)
(Marie Meunier / Objectif Gard)
(Marie Meunier / Objectif Gard)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité