A la uneActualitésGardNîmesSociété

NÎMES Changement de cap pour la feria, l’Imperator sera convivial et bohémien

L'imperator va bientôt rouvrir (Photo Archives Marcela Grassi).
Les équipes de l’Imperator Maison Albar sont prêtes et attendent leur public pour la feria de Pentecôte. Ici Christophe Chalvidal, directeur de l’établissement, parle de sa nouveauté, une feria Bohemia (Photo Anthony Maurin).

L’hôtel Imperator maison Albar prépare une feria d’un nouveau genre mêlant convivialité, gastronomie, calme, volupté, sens de la fête et savoir-faire. Bohemia plaît déjà.

Quand on parle de Nîmes, on pense feria. Quand on parle feria, on pense fiesta. Mais on pense aussi institutions et l’Impe en est une. Dans cet hôtel qui a maintenant cinq étoiles et qui est doté d’une table à deux macarons Michelin, on sait vivre. Et on sait encore faire la feria. Différemment mais quand même.

Pour le directeur de l’établissement, Christophe Chalvidal, « Le dénominateur commun à cette nouvelle version de la feria à l’Impe sous le signe Bohemia sera l’humain. Nous avons le talent culinaire avec Pierre Gagnaire qui signe les cartes de la brasserie et du Duende, cet hôtel est aussi un lieu emblématique et élégant. Nous avons la complicité des Nîmois alors il nous fallait rassembler tout ça en y mêlant nos envies. Nous allons passer un autre moment de fête, c’est le moment. Je suis impatient de voir comment la mayonnaise va prendre ! »

Le nouveau Champagne propre à tous les hôtels Maison Albar, une création de Logan Thoulliez via le producteur Joseph Perrier (Photo Anthony Maurin).

Même le Champagne sera nouveau. C’est le chef sommelier de la maison qui a monté son Champagne, toujours sur-mesure et adapté à la feria. C’est aussi un clin d’oeil car ces bouteilles seront communes à tous les établissements Maison Albar et portent le nom de Céline, la propriétaire. Une cuvée Joseph Perrier à la belle bulle et au goût estival. « Je voulais un assemblage. Nous avons une vision de la gastronomie et du vin qui convergent dans le même sens, donc je voulais un Champagne appétant, festif, sans sucre donc pas dosé, extra-brut, aromatique, gourmand, sapide, salivant et vif. J’ai pas mal goûté, j’ai dû faire quelques escapades mais nous y sommes arrivés !« , avoue Logan Thouillez, une référence.

Le majestueux ginkgo biloba en témoignera, l’Impe n’a pas vendu son âme au diable. Au contraire, l’établissement passe la vitesse supérieure et anticipe les envies de ses « clients. » « Cette année, nous aurons de belles festivités. Maison Albar revoit un peu sa manière d’aborder la fête et tout le monde attend cette feria avec impatience ! L’Imperator est avant tout un hôtel qui a été rénové en 2019 et qui a connu sa première feria sous la nouvelle direction en 2019 et a connu une belle feria en septembre dernier« , rappelle Christophe Chalvidal.

Dans la cour de l’Impe, lors de la dernière feria des Vendanges (Photo Archives Corentin Corger)

En effet et depuis 70 ans – 1952 étant la date de création de la feria de Nîmes – l’Impe a toujours eu une grande place dans les festivités locales. Les plus illustres personnages comme les plus célèbres toreros y sont passés. Même les Nîmois y avaient droit de séjour pendant des soirées très animées. Les Nîmois continueront de pouvoir y aller, mais certaines choses vont évoluer.

Pour le directeur : « Il y aura les soirées de samedi et dimanche qui seront assurées par des menus signés Pierre Gagnaire. Des couleurs marquées feria, une très bonne offre de restauration que nous voulons conviviale, un peu comme une grande tablée de fête de village autour de laquelle les convives pourront se régaler et discuter sans un volume sonore trop important. Un moment d’apaisement. Après, sur les coups de 23h, la soirée sera lancée. » C’est ce que les gens pourront vivre quand ils mangeront dans les jardins de l’Impe. Côté gastro, le Duende, deux étoiles Michelin : « On a une forte demande. Les gens veulent une grande table après une grande corrida. Depuis la deuxième étoile, nous sommes passés de 300 réservations par mois à 600 ! »

Sébastien Delaby a pensé ces soirées Bohemia mise en place par la société Megastory (Photo Anthony Maurin).

Comme chaque année, l’Impe accueille aussi les figuras del toreo comme Andrés Roca Rey, Lea Vicens et El Juli. L’Imperator, en feria, c’est aussi la fête. « On a voulu marquer le virage post-Covid, mais aussi les 70 ans de la feria de Pentecôte avec ces deux grands diners bohème, des tables de villages dans un endroit chic où il y a moins de promiscuité tout en conservant un esprit festif. Ces soirées sont sur réservation et devraient réunir 300 à 350 personnes chaque soir, au lieu des 2 500 qui restaient debout« , assure Christophe Chalvidal.

Une fois le repas achevé, la fête pourra franchir un autre cap : « Nous allons donner un sens différent à ce qu’est la feria de Nîmes à l’Impe. Les moments festifs seront toujours là mais ces repas assis sont une vraie nouveauté. » Nouveauté qui n’en est plus une, plus besoin de bracelet pour rentrer. « C’était clivant et ambigu. L’entrée sera libre jeudi et vendredi, puis les samedi et dimanche vers 23h elle redeviendra libre. Pour celles et ceux qui ne veulent pas faire la queue, nous aurons aussi une carte Maestro mais il faut qu’ils nous contactent. »

Pierre Gagnaire s’est fait un plaisir de concocter des menus ferias variés et comme lui seul sait en réaliser (Photo Archives Anthony Maurin).

Ces soirées Bohemia s’installent comme une marque comme l’indique son créateur, Sébastien Delaby de Megastory rappelle : « Mon métier est de raconter une histoire et de faire participer les spectateurs. On m’a missionné pour ce grand rendez-vous, pour coller à la nouvelle image de l’Impe, une image populaire, élégante et conviviale. La musique sera un peu décalée par rapport à ce que l’on entend ailleurs en feria, c’est un événement culte, un rendez-vous à pérenniser. Le but du jeu est de monter en puissance de jour en jour et même au fil de chaque soirée. On est sérieux sans se prendre au sérieux, l’esprit guinguette chic comme dans le film « Le sens de la fête« , une soirée entre copains, l’idée d’un diner blanc sans VIP et quelques happenings surprendront les convives. Il y aura du rire, de l’émotion, du partage… Même le groupe qui jouera a été monté sur-mesure pour cette feria ! » Même le bar-piano sera à ne pas manquer… Tantôt pièce montée célébrant les 70 ans de la feria, tantôt bar à Champagne.

Le magnifique bar Hemingway (Photo Archives Anthony Maurin).

Du jeudi au dimanche, la programmation musicale est variée. Suna, Tropical, Discoteq, Emile Omar le jeudi. Paul de Chabalitosse, coupe Bohemia et Anoraak le vendredi. Bon vivre, groupe Bohemia et Jabberwocky le samedi. Et pour clôturer la fiesta, Giide, le groupe Bohemia et DJ Tagada le dimanche.

Si l’on devait résumer les possibilités offertes par l’établissement, on aurait un moment pour les entreprises les jeudi et vendredi en début de soirée. Une feria en trois temps répétés au quotidien. « Nous sommes une destination corporate n°1. Nous rivalisons avec les grands événements, on se challenge avec les plus grands. Un moment Bohemia, où la jauge sera limitée à 300 ou 350 convives assis dans le jardin et, pour finir, un dernier moment où nous pourrons accueillir 2 000 personnes une fois le repas terminé« , lance fièrement Christophe Chalvidal.

Pour ces soirées Bohemia, les menus signés Pierre Gagniare (il a mis du temps à les imaginer) coûteront 120 euros et le chef sera présent. L’hôtel est déjà plein le vendredi et il ne reste plus que dix chambres le samedi. Les réservations pour Bohemia se portent bien avec plus de 90 déjà annoncées chaque soir. La destination Nîmes commence à revenir à la mode. Paris étant proche, Nîmes et son art de vivre plaisent et l’Impe est un lieu atypique, complémentaire, pour accueillir une nouvelle clientèle.

Maison Albar hôtels Imperator au 15 Rue Gaston Boissier, 30 900 Nîmes. Tel : 04.66.21.90.30. Infos pour l’Impe et ses menus feria 2022 du jeudi midi au lundi soir (hormis samedi et dimanche soirs) à 85 euros. Diners Bohemia samedi et dimanche soirs à 120 euros avec concert live en version grandes tablées. Réservations par mail à sales.limperator@maisonalbar.com. Le Duende est ouvert en complément du jeudi soir au lundi soir. Les entreprises peuvent privatiser un espace pour la feria et les visiteurs peuvent bien sûr envisager un excellent séjour ! 

Le majestueux hôtel Imperator (Photo Archives Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité