A la uneActualitésBagnols-UzèsEnvironnementInsolite

ROQUEMAURE À la découverte du bras mort du Rhône à bord d’un canoë à la tombée de la nuit

La "Rand'eau" dure environ deux heures et démarre à la tombée de la nuit. (photo T.B.)
La « Rand’eau » dure environ deux heures et démarre à la tombée de la nuit. (photo T.B.)

Connaissez-vous le bras mort du Rhône à Roquemaure ? Ce paysage bucolique et très apaisant regorge d’une biodiversité riche. Le meilleur moyen de le visiter, c’est peut-être sur l’eau, à bord d’un canoë. Pendant l’été, l’office de tourisme du Grand Avignon organise même des excursions nocturnes. Laure, notre journaliste, a pris le large à la tombée de la nuit.

Canoë, pagaie, gilet de sauvetage, lampe torche. Nous voilà équipés ! Angel Ruiz, membre de l’association Comité Vaucluse de canoë kayak, sera notre encadrant tout au long de la soirée. Il est 20h30, nous montons à bord de nos embarcations. Angel nous fait comprendre que la balade ne sera pas si calme qu’on le pensait. « Il va falloir zigzaguer », lance-t-il.

Nous sommes quatorze sur l’eau, répartis dans six canoës. Notre petit groupe est solidaire ce qui rend la balade tout de suite agréable. On se taquine, on s’entraide, on rigole. Sur mon canoë, je suis avec Tessa, une consoeur, et Laurence Amselle, membre de l’office du tourisme du Grand Avignon.

Notre journaliste, Laure, a embarqué à bord d’un des canoës pour découvrir le bras mort du Rhône à la tombée de la nuit. (Laure Leflamand / Objectif Gard)

Au début, les choses se passent bien : le cours d’eau est calme, pas besoin de forcer sur les bras. Certains passages s’avèrent beaucoup plus techniques. Il est facile de s’en rendre compte alors que Tessa me crie « Gauche, gauche, gauche, droite, droite, droite ». À ce moment-là, on sait qu’il faut redoubler d’efforts au risque de s’empêtrer une branche. Un peu plus loin, il faut presque s’allonger pour passer sous le tronc d’arbre à moitié immergé dans l’eau. C’est sportif, mais très amusant.

En restant silencieux, il est possible d’apercevoir des castors ou des ragondins

Même le petit Gaspard, 3 ans, s’accommode bien. Au bout de 5km, notre encadrant nous accorde une pause au niveau du parc Amazonia. Le retour se fera donc dans la pénombre. Les écarts se creusent entre les canoës, la fatigue se joint aux difficultés et fait ralentir le rythme. J’ai dû aider une famille danoise à se décoincer, leur barque n’avançait plus. Tout en veillant, bien entendu, à ne pas me retrouver à l’eau ! Après quelques minutes de lutte, on y est arrivé. La promenade se termine en remontant le courant. Les muscles de nos bras sont quelque peu endoloris. Il est 22h30 au moment où nous regagnons la terre ferme.

Le groupe a finalement regagné la terre ferme à 22h30. (Laure Leflamand / Objectif Gard)

« Lorsqu’ils se sentent menacés, ils vont taper l’eau avec leur queue et les éclaboussures peuvent atteindre deux mètres de hauteur ». Angel nous explique où on peut voir les castors, en désignant un terrier sur la droite, caché dans un amas de branchages sur la rive. Tout au long de la balade, le groupe a appris de nombreuses choses sur la faune locale. Notre guide récupère un bout de bois, entièrement rongé pas le castor. Naturellement, il le tend au petit Gaspard pour lui montrer. Lorsque le silence est total, il est possible d’apercevoir ce rongeur avec sa caractéristique queue aplatie. La chance ne nous a pas souri ce soir-là.

Une activité insolite pour attirer davantage de touristes

J’ai quand même pu voir des poissons et des canetons. Ceux qu’on n’a pas vu en revanche, ce sont les moustiques qui ont laissé quelques piqûres sur nos jambes. Heureusement, vers 21h, l’air frais permet d’échapper aux petites bêtes volantes.

Au fil de l’eau, on découvre une image totalement différente de Roquemaure. Pas un bruit de voiture. Tout est calme. Comme nous le rapporte Claire Prost, directrice de l’office du tourisme du Grand Avignon : « Ça nous permet de rendre attractive cette ville ». En effet, la commune reçoit peu de touristes en raison de son patrimoine quasiment pas restauré. Alors une activité insolite et enrichissante comme celle-ci peut attirer du monde.

Laure Leflamand

Prochaine date de la « Rand’eau découverte sur le Rhône » en nocturne le vendredi 5 août. Tarif : 21 € pour les enfants de 7-12 ans, 28 € pour les adultes. Les bambins de moins de 7 ans peuvent profiter de l’activité gratuitement aux côtés de leur responsable légal. Réservation par téléphone au 06 11 52 16 73 ou sur le site Internet du Comité Vaucluse de canoë kayak en cliquant ici. Il est également possible d’effectuer la balade en matinée les mardis et jeudis pendant l’été. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité