A la uneActualitésBagnols-UzèsEconomieEnvironnementPolitique

BAGNOLS/CÈZE Des routes refaites avec un enrobé 100% recyclé

Ce mardi, le fameux enrobé bitumeux 100% recyclé a été étalé chemins de Capite et Font de Tuel, à l'aide d'un engin appelé finisher. Les ouvriers devront repasser d'ici trois semaines pour terminer le chantier. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Ce mardi, le fameux enrobé bitumeux 100% recyclé a été étalé chemins de Capite et Font de Tuel, à l’aide d’un engin appelé finisher. Les ouvriers devront repasser d’ici trois semaines pour terminer le chantier. (Marie Meunier / Objectif Gard)

En deux ans, beaucoup de travaux ont été menés dans Bagnols-sur-Cèze. À chaque chantier, les anciennes couches d’asphalte sont enlevées et remplacées par de nouvelles. Plutôt que d’envoyer les enrobés usagés en déchetterie, la Ville de Bagnols-sur-Cèze a décidé de les recycler et de les réutiliser pour refaire ses plus petites chaussées.

« C’est une première sur le territoire« , lance en préambule le maire, Jean-Yves Chapelet. Depuis quelques temps, une centrale mobile est installée sur un terrain, route de Carmignan. Après analyse pour vérifier qu’il n’y ait pas d’amiante notamment, la machine concasse (réduire en petits morceaux, ndlr), crible puis refait un mélange en rajoutant une émulsion à base de bitume et d’eau. Charge aux équipes de Robert TP, société basée à Verfeuil qui est titulaire du marché bagnolais, de regoudronner les chemins de la ville avec ce nouveau revêtement 100% recyclé.

Une centrale mobile est installé sur un terrain en contrebas de la Nationale 86, chemin de Carmignan. Ce mardi, le fameux enrobé bitumeux 100% recyclé a été étalé chemins de Capite et Font de Tuel, à l’aide d’un engin appelé finisher. Les ouvriers devront repasser d’ici trois semaines pour terminer le chantier. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Les avantages de ce procédé sont multiples. L’enrobé étant confectionné sur place à Bagnols-sur-Cèze, l’entreprise gagne en temps de transport et donc réduit ses émissions de CO2 pour l’amener jusqu’au chantier. Cela favorise aussi l’économie circulaire : « Au lieu de faire partir ce matériau en décharge, avec des coûts de transports en sus, il trouve ici une seconde vie« , explique Vivien Cali, chef de secteur chez Robert TP. Il détaille : « Pour faire une tonne de ce produit recyclé (appelé grave émulsion, ndlr), la machine consomme 1 kWh. Pour produire une tonne d’enrobé à chaud, c’est 80 kWh, soit 80 fois plus. On génère aussi cinq fois moins d’émissions de CO2. »

70 000€ d’économisés grâce à ce recyclage de matériaux pour le revêtement des chaussées

En recyclant 100% des matériaux issus des routes démolies, cela évite d’extraire de nouveaux matériaux dans les carrières, comme du sable, du granit… L’avantage est aussi grand pour les ouvriers puisque l’enrobé recyclé s’étale à température ambiante, contrairement au revêtement à chaud qui monte à 160°C. Les conditions de travail, parfois soumises aux fortes chaleurs d’été, s’en trouvent vraiment améliorées.

Cet enrobé 100% recyclé est à la fois économique et écologique. Il évite de devoir consommer de nouvelles ressources naturelles dans les carrières. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La mairie de Bagnols-sur-Cèze est également gagnante. En développant sa politique de réutilisation des matériaux inertes (béton, roche, revêtement de chaussées, déblais…), elle s’inscrit dans une démarche plus durable et réalise en plus des économies. Deux chantiers sont réalisés simultanément en ce moment pour refaire les routes (chemins de Capite, Font de Tuel et traverse d’Aubagnac) et grâce à l’utilisation d’enrobé recyclé, la Ville économise 70 000€. « Ce n’est pas anodin dans le budget« , pointe Philippe Berthomieu, adjoint délégué à l’Urbanisme et aux Travaux. « On a donc le budget pour refaire 1,4 km de route, au lieu de 700 m« , rebondit le maire.

L’avantage est aussi que l’enrobé s’applique à température ambiante et pas à chaud. Au moment où les ouvriers travaillent déjà sous de fortes chaleurs, cela améliore leurs conditions. (Marie Meunier / Objectif Gard)

En deux ans, ce sont 8 000 tonnes de déblais, issus des différents chantiers de la Ville, qui ont été stockés avant d’être concassés. Déjà 1 000 tonnes provenant des travaux de l’avenue Paul-Langevin sont utilisées pour ces premières réfections. Le prochain chantier se déroulera sur Paniscoule. Ce revêtement 100% recyclé est idéal pour les routes empruntées par les riverains en voiture ou à vélo.

Il ne peut pas être posé sur des axes fréquentés par les poids-lourds comme les routes départementales ou nationales. « On parle beaucoup des gros chantiers à Bagnols mais grâce à ce réemploi de matériaux, on n’oublie pas non plus les plus petites rues« , affirme le premier adjoint, Maxime Couston. D’autant que les chemins de Capite et Font de Tuel vont subir une hausse de leur fréquentation, alors que le passage sous voie SNCF est fermé à la circulation pendant les travaux d’aménagement de la gare.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité