A la une
Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 07.10.2017 - thierry-allard - 4 min  - vu 389 fois

BAGNOLS Les indemnités des élus échauffent le conseil municipal

Ce samedi matin, lors du conseil municipal de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Nouveau maire, mais ancien lieu : le conseil municipal de Bagnols s’est réuni ce matin autour de Jean-Yves Chapelet à la Maison de l’entreprise, qu’il avait délaissé depuis quelques mois au profit de la salle de réunion du centre hospitalier.

Et pour ce retour à la tradition, c’est un autre débat traditionnel lui aussi qui a fait son retour : celui sur les indemnités de fonction des élus.

« C’était un symbole »

C’est que la quatrième délibération de ce long (très long) conseil municipal les concernait, ces indemnités, plus précisément la fixation de leurs taux. Et on y apprend que la baisse de 10 % des indemnités des élus, votée en 2015 alors que la ville initiait un austère plan d’économies, fait désormais partie de l’histoire. C’est l’opposante Claudine Prat, qui comme chacun des élus d’opposition ne touche pas un centime municipal, qui a mis le sujet sur la table, évoquant « une hausse sensible qui passe mal auprès des Bagnolais. » « Symbolique, la diminution de 10 % des indemnités des élus de la majorité survenue il y a un an et demi ne l’aura pas moins été que la hausse qui nous est proposée aujourd’hui », appuiera le conseiller LR Serge Rouquairol avant d’appeler la majorité à retirer de l’ordre du jour la délibération, « le temps de faire de la pédagogie sur le sujet. » L’opposant UDI Claude Roux regrettera pour sa part « le symbole donné aux Bagnolais. »

« J’entends parler de hausse ou de baisse, mais la question n’est pas là », répondra le maire Jean-Yves Chapelet, avant d’estimer avoir fait preuve de « courage politique, lorsqu’en 2015 on est partis sur un plan de redressement des finances de la commune et que nous avons décidé de baisser de 10 % nos indemnités. C’était un symbole, et nous avons redressé les finances de la commune, ce n’est pas moi qui le dit, mais la préfecture. » Pour le maire, il s’agit non pas d’une hausse, mais d’un « retour à la normale. » Dans ce cas, hors de question de reporter le vote : « j’ai du courage politique, je résiste aux pressions du moment que je respecte ma parole, vous pouvez polémiquer, faire de la démagogie, je ne bougerai pas. » La question sera donc mise au vote, et adoptée avec sept voix contre.

Sécheresse ennemie

Autre sujet hautement polémique au menu ce samedi matin, la pelouse. Pas n’importe laquelle, celle du stade des Escanaux, utilisée par le FC Bagnols-Pont pour ses entraînements et certains matches. Une pelouse en travaux cet été, alors que la sècheresse interdisait aux services municipaux l’arrosage des terrains, notamment à Pont-Saint-Esprit, ce qui a mis le FCBP dans une situation embarrassante à la reprise des championnats. Sollicité par l’opposant Christian Roux, l’adjoint aux sports Vincent Poutier a expliqué que le terrain « sera remis à disposition le 23 ou le 24 octobre » avant d’évoquer « des dispositifs d’arrosage avec création de réserves, on a demandé une note technique pour prendre notre décision. Pont-Saint-Esprit fait pareil. » Par ailleurs, la rénovation d’un terrain comprise dans le plan pluriannuel d’investissements « va peut-être être engagée plus rapidement que prévu. »

Les municipalités de Bagnols et de Pont réfléchissent également à la possibilité de « mobiliser les communes environnantes pour mutualiser les terrains et soulager nos équipements. » Quant à la possibilité de passer au terrain synthétique, « ce n’est pas la panacée, il y a d’autres contraintes, la solution idéale n’existe pas, il n’y aura que des compromis », conclura l’élu. Pendant ce temps, la pluie ne se décide toujours pas à tomber.

Et aussi :

Des sous ! : avoir une élue régionale dans son conseil municipal, ça peut servir. En effet, la ville de Bagnols bénéficie de financements européens dans le cadre du fonds FEDER à hauteur de 60 % pour cinq projets, ce qui représente 284 000 euros d’aides. De quoi largement financer l’aménagement de deux terrains multisports aux Escanaux et à la Citadelle, l’aménagement d’un square à la Citadelle, celui d’un pôle de service à la barre de Carcaixent, la modification de l’éclairage urbain et l’aménagement de voies douces. Le maire rendra hommage au travail de la conseillère municipale et conseillère régionale Catherine Eysseric pour l’obtention de ces financements venus de l’Europe, mais gérés par la Région.

Tous risques : l’ancien maire Jean-Christian Rey est désormais conseiller municipal délégué aux risques majeurs. C’est donc ès qualité qu’il a fait une présentation exhaustive du Plan communal de sauvegarde (le PCS) et du Document d’information communal sur les risques majeurs (le poétique DICRIM) dans le cadre de leur approbation par le conseil. De quoi constater que tout est en ordre au cas où, malgré une connexion internet peu coopérative durant la présentation. Ce petit aléa n’a pas empêché le conseil municipal de voter à l’unanimité les deux documents.

L’hommage : un touchant hommage a été rendu en ouverture de la séance à l’ancien élu Bernard Broche, disparu fin septembre, en présence de son fils Philippe. Le maire a salué la mémoire d’un « homme engagé, plein et entier », un « ardent défenseur de sa ville qui aura participé par son engagement public au rayonnement de notre belle ville. » Son ami Jean-Pierre Lyonnais, ancien élu lui aussi, a rendu hommage à « un homme droit et généreux » mais « qui savait aussi dire non, et pour un élu ce n’est pas si simple, mais ses ‘non’ étaient toujours circonstanciés. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais