Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 17.06.2022 - thierry-allard - 2 min  - vu 1069 fois

CARNET L’acteur et réalisateur Jean-Louis Trintignant est décédé

Photo via MaxPPP - ZUMAPRESS/MAXPPP

Jean-Louis Trintignant dans le Conformiste de Bernardo Bertolucci (cc/Flickr/Flashback)

L’acteur et réalisateur Jean-Louis Trintignant est décédé ce vendredi à l’âge de 91 ans, a indiqué sa famille à l’Agence France Presse. Né dans le Vaucluse, à Piolenc, il avait des attaches dans le Gard, à Uzès, et dans un domaine viticole Rouge Garance, à Saint-Hilaire-d’Ozilhan. 

Au fil d’une carrière de comédien débutée dans les années 1950, le fils de l’ancien maire de Pont-Saint-Esprit Raoul Trintignant et neveu des pilotes automobiles Maurice et Louis Trintignant, Jean-Louis Trintignant acquiert une renommée internationale avec Et Dieu… créa la femme de Roger Vadim en 1956. Plus tard, il crèvera de nouveau l’écran dans Un homme et une femme de Claude Lelouch, Palme d’Or en 1966. 

On le retrouvera également à l’affiche de Z de Costa-Gavras en 1969, rôle qui lui vaudra le prix d’interprétation masculine à Cannes. Jean-Louis Trintignant tourne beaucoup, et avec les plus grands réalisateurs de son époque : Alain Cavalier, Klaus Kinski, Eric Rohmer, Bernardo Bertolucci, et passe de l’autre côté de la caméra en 1973 avec Une Journée bien remplie, puis en 1979 avec Le Maître-nageur.

Il tourne ensuite moins, s’installe dans sa maison d’Uzès en 1985, et choisit quelques projets de films par la suite, parmi lesquels Ceux qui m’aiment prendront le train de Patrice Chéreau en 1998. Devenu producteur de vin à Saint-Hilaire d’Ozilhan à la fin des années 1990, puis très marqué par la mort de sa fille Marie tuée par Bertrand Cantat en 2003, il se produit avec une certaine rareté sur les planches. 

Jean-Louis Trintignant fera un retour remarqué sur grand écran en 2012 dans Amour de Michael Haneke, Palme d’Or à Cannes, pour lequel il décrochera le César 2013 du meilleur acteur, puis Happy End en 2017, toujours avec Haneke. Atteint d’un cancer, il trouve toutefois la force de tourner dans Les Plus belles années d’une vie de Claude Lelouch en 2019, suite d’Un homme et une femme, puis L’Amour c’est mieux que la vie, toujours de Lelouch, en 2021, dernière pierre d’une filmographie exceptionnelle d’un monstre sacré du cinéma français. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio