A la une
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 06.04.2020 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 1505 fois

DES NOUVELLES DE… Olivier Gaillard, un député qui propose ses services

En cette période de confinement, Objectif Gard continue de parler politique. Du lundi au vendredi à 18h30, retrouvez le portrait d’un ou d’une élu(e) confiné(e). État d’esprit, mode de vie et point sur les dossiers… Restez connectés !
Olivier Gaillard dans sa permanence à Quissac (Photo : droits réservés)

Confiné, le député démissionnaire de l’Assemblée nationale a proposé ses services à la société Éminence à Sauve ainsi qu’à la gendarmerie nationale. 

Décrété il y a plus de deux semaines, le confinement a bousculé la vie du député de la 5ème circonscription, Olivier Gaillard. Une vie déjà pleine de rebondissements. Démissionnaire du Palais Bourdon, l’élide En Marche a préféré revenir à ses premières amours : la politique locale. Il y trouve certainement plus de gratitude. À Paris, ses prises de position - notamment son vote contre l'accord de libre-échange avec le Canada - lui ont valu quelques remontrance de la part du Gouvernement. 

Du coup, Olivier Gaillard s'est lancée dans la bataille des Municipales sauvaine. Cette prise de risque est couronnée de succès : le candidat remporte le scrutin dès le premier tour avec 52% des suffrages. Seulement le député n'endossera pas de suite le costume de maire. Le Premier ministre a prolongé le mandat des élus sortants pour garantir une forme de stabilité, en pleine crise sanitaire.

À Sauve, c’est toujours Alexandra Mazot qui tient la barre. Une sortante avec qui l’édile entretient des relations tendues. « Cette crise sanitaire écrase tout sur son passage, alors les querelles qu’elles soient dans le Gard ou à Paris relèvent, pour moi, de l’épiphénomène », répond Olivier Gaillard, par ailleurs conseiller départemental du canton de Quissac.

« Les banques ne jouent pas le jeu » 

Toujours un peu député et pas complètement maire, Olivier Gaillard s'est forgé un nouveau quotidien de confiné. Tous les matins, le marcheur se rend à sa permanence à Quissac : « je gère de l’administratif. Je suis en contact par téléphone avec la commission Finances à l’Assemblée nationale et je réponds à des entreprises qui me font part de leurs difficultés dans cette crise », raconte l’édile. 

 D'ailleurs, « on a remarqué que toutes les banques ne jouaient pas le jeu envers les sociétés, notamment concernant le report de certaines créances. » Et à l’ex-socialiste de rappeler au bon souvenir de celles-ci : « pourtant, lors de la crise de 2008, le Gouvernement les a aidées. Il faut que le retour existe et soit concret. »

L'après-midi, Olivier Gaillard est chez lui. « Je pars m’aérer une heure dans la mer des rochers », raconte-t-il. Pour se rendre utile et occuper son temps libre, l'édile a proposé ses services à la société Éminence et à la gendarmerie. Diplômée de l’IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale), il avait choisi d'intégrer la caserne de sa circonscription au titre de réserviste.

Une nouvelle corde, peut-être, à l'arc inattendu d'un élu qui n'est pas à l'abris d'autres péripéties.

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais