Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 19.11.2021 - abdel-samari - 2 min  - vu 272 fois

ÉDITORIAL Coronavirus : comment ne pas remonter dans le temps

Photo d'illustration DR

Cela faisait un petit moment que l'on n'avait pas mis notre nez dans les chiffres de Santé publique France. Franchement, cela ne nous avait pas manqué. Mais comme tout le monde commence à parler de cinquième vague, de Noël confiné et de retour des mesures de restrictions, on s'est dit, c'est le moment. Encore davantage quand Jean-Paul Fournier, le maire de Nîmes, a annoncé hier à la fin de la journée qu'il reportait le célèbre banquet des aînés au printemps prochain. Et bien, les nouvelles ne sont pas très bonnes sur le front de la crise sanitaire. Dans le Gard, le taux d'incidence s'approche dangereusement des 100 pour 100 000 habitants. Le taux d'alerte est allègrement dépassé puisqu'il est fixé à 50. Mieux, en sept petits jours, on a pris près de 50% de progression dans la vue. Idem si l'on observe la tendance des nouveaux cas positifs. Il y a une semaine, on avait une bonne centaine de nouveaux cas covid quotidien. Aujourd'hui, on est à plus de 200, toujours dans notre département. Pour le moment, le système hospitalier n'est pas trop impacté. Seules 60 personnes sont actuellement hospitalisées. Dont à peine 12 en réanimation pour diagnostic covid. Oui, mais on le sait maintenant avec presque deux ans de recul et quatre vagues successives, les chiffres d'aujourd'hui sont annonciateurs de mauvais présages demain. À ce rythme, on sera pas loin des 500 pour 100 000 habitants de taux d'incidence dans pile un mois. Pas loin du record de l'automne 2020... Alors que faire ? Pour les non vaccinés, il est évident que la situation risque de se durcir. D'abord parce qu'ils contaminent beaucoup plus vite autour d'eux. Ensuite, les bons vieux gestes barrières doivent être radicalement de retour. Enfin, il y a à parier que le télétravail va faire rapidement parler de lui dans toutes les entreprises. Sans cela, c'est un coup de bambou sur la tête que l'on va tous prendre. Et celui-là il va faire mal au moral. Car on a tous goûté à nouveau au plaisir de la vie libre, des balades à plus de 10 kilomètres de chez soi. À la suppression du masque en extérieur. Et à la fin des jauges un peu partout. Mieux, à la réouverture de tous les lieux de loisirs. Nous n'avons pas, mais alors pas du tout envie de remonter dans le temps...

Abdel Samari

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio