A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 23.02.2018 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 6068 fois

EXCLUSIF Le psychiatre Nîmois interpellé lundi a séjourné 4 mois en psychiatrie !

Selon nos informations, ce médecin aurait effectué, ces dernières années, plusieurs séjours en hôpital psychiatrique pour être soigné !
Le cabinet médical du Dr Ginette Sapede va fermer définitivement. Photo d'illustration

Photo d'illustration

Un médecin Nîmois, âgé d'une soixantaine d'années, a été mis en examen cette semaine au Palais de Justice de Nîmes pour des faits de " viol " et " d'agressions sexuelles ", comme nous le révélions sur notre site mardi matin.

Il a été interpellé lundi, après des plaintes de plusieurs patientes. Il est mis en examen pour un " viol " et deux " agressions sexuelles ". Une enquête est en cours. Ce psychiatre libéral, qui aurait réfuté les accusations, exerçait il y a quelques jours encore sur Nîmes. " Il avait un monde fou à son cabinet ", souligne une patiente sous couvert d'anonymat.

Selon nos renseignements, ce médecin avait des soucis psychologiques très importants. Il a même effectué, ces dernières années, plusieurs séjours en hôpital psychiatrique pour être soigné ! Il a été hospitalisé pendant 4 mois en 2017 au service psychiatrique du CHU de Nîmes. Un dossier incroyable, car le psychiatre a continué ensuite à recevoir des patients en 2018 dans son cabinet tout en étant lui-même pris en charge dans des unités spécialisées et alors qu'il était sous curatelle renforcée !

La curatelle renforcée est mise en place par un magistrat, le juge des tutelles, pour des personnes très vulnérables. Ils ne peuvent accomplir aucun acte personnel comme ouvrir un compte bancaire ou signer un bail immobilier par exemple. Par contre chose extraordinaire, le médecin pouvait dans sa vie professionnelle demander des internements ou des placements sous tutelle ou curatelle alors que lui aussi était soigné pour des désordres psychiatriques. " D'abord mon client qui est mis en examen est présumé innocent, il est important de rappeler les principes. Ensuite, je suis horrifiée par le peu de réactivité de l'ordre des médecins. Ce psychiatre est à la dérive depuis longtemps... Un ordre professionnel sert à sanctionner, mais aussi à protéger... On aurait du protéger ce psychiatre ", affirme son conseil Maître Florence De Prato.

Après son passage au Palais de justice de Nîmes, mardi, le praticien qui a été pendant plus de 20 ans expert judiciaire près des tribunaux, a été placé sous contrôle judiciaire... avec une interdiction d'exercer sa profession.

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais