A la une
Publié il y a 28 jours - Mise à jour le 08.11.2022 - stephanie-marin - 3 min  - vu 779 fois

FAIT DU SOIR Centre des congrès de Beaucaire : l'ancien bâtiment de la société Max Bertrand a été démoli

L'ancien bâtiment Max Bertrand Logistique et Transports, a été démoli dans le cadre du projet de création du centre des congrès de Beaucaire. (Phoo : S.Ma/ObjectifGard)

Les travaux de démolition du bâtiment désaffecté de la société Max Bertrand ont démarré la semaine dernière. C'était une étape importante et très attendue dans le cadre du projet de construction du centre des congrès de Beaucaire. Un projet porté par la communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence, inscrit au contrat local d'aménagement pour un montant de 8 millions d'euros hors taxes.

Ce dossier, comme l'ont été ceux de la Halle des sports de Jonquières-Saint-Vincent, du Pôle associatif et culturel Élie Bataille de Bellegarde entre autres sur le territoire de la Terre d'Argence, est inscrit dans le contrat local d'aménagement. Il s'agit-là d'un partenariat entre les communes et la CCBTA pour engager des financements sur des projets voulus par les communes. Le premier avait été acté en conseil communautaire le 13 juin 2016, pour près 15,84 M€ . Et déjà, la municipalité beaucairoise avait opté pour la création d'un centre de congrès.

Dotée d'une seule salle de spectacles - le Casino municipal dont la jauge est limitée à 300 places - la commune souhaite ainsi atteindre plusieurs objectifs : "Organiser des spectacles d’une autre dimension, des séances de cinéma, répondre à la demande importante des associations qui manquent de salles conséquentes, mais aussi positionner Beaucaire sur le secteur du tourisme d’affaires, en accueillant des séminaires d’entreprises." Sans oublier l'enjeu économique, programmer un spectacle dans une salle de 600 places est tout de même plus rentable.

Ce lundi matin, il ne restait plus grand chose de ce bâtiment grand de plusieurs milliers de mètres carrés. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Mais tandis que les quatre autres projets du contrat local d'aménagement sont sortis de terre et ont été inaugurés, celui de Beaucaire se fait attendre. "Je me languis qu’on engage cet investissement. Ce n’est pas de mon fait si le projet n’est pas aussi avancé. Mais c’est vrai qu’il y a eu des contraintes : l’achat de fonciers, la modification du Plan local d’urbanisme et les divers traitements comme la dépollution etc", indiquait Juan Martinez, président de la CCBTA, le 13 décembre 2021.

Lors de cette séance, les élus communautaires ont voté le deuxième contrat local d'aménagement (2022-2026) pour un montant cette fois-ci de 7 M€ répartis sur les cinq communes du territoire. Il était initialement fixé à 6 M€ mais Julien Sanchez, maire de Beaucaire, insatisfait de l'enveloppe allouée à sa ville, avait fait grimper les prix pour finalement obtenir 2,6 M€.

L'opération de démolition de ce bâtiment a été confiée à l'entreprise DSD installée à Vitrolles. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Ainsi, en additionnant les enveloppes des deux contrats locaux d'aménagement, la capacité d'investissement de la CCBTA pour ce centre des congrès atteint les 8 M€. Avant de pouvoir construire ce nouvel équipement sur le site choisi - un terrain racheté à la SNCF par la commune pour un peu plus d'un million d'euros et voisin de la Maison de santé -  il fallait démolir le bâtiment de la société Max Bertrand de plusieurs milliers de mètres carrés, abandonné depuis une quinzaine d'années.

Après les opérations de désamiantage du bâtiment et de débrousaillage de ses alentours, ces travaux de démolition ont donc démarré la semaine dernière. Petit à petit et tandis qu'un brumisateur empêche les poussières de se disperser, une pince grignote la structure composée de tôles, de ferrailles, de bois. Tous ces matériaux étant ensuite triés puis évacués vers des centres de traitements spécifiques.

Seule la potence sera conservée sur le site, ancienne propriété de la SNCF. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

"Il n'y a pas de pollution sur le bâtiment, s'en suivra une dépollution d'une partie des sols car suite à des analyses faites précédemment, des hydrocarbures ont été découverts", explique François Jolliton, directeur des services techniques à la CCBTA. Des travaux de terrassement seront ensuite effectués pour permettre de retrouver le sol naturel. Dans le même temps, d'autres bâtiments, des anciennes maisons d'exploitation de la SNCF qui servaient pour la maintenance des rails et des wagons, seront désaimantés et également détruits.

"La seule chose qui sera conservée, c'est la potence jaune pour garder l'aspect ferroviaire, l'âme du site", souligne François Jolliton. L'ensemble de ce chantier devrait se poursuivre jusqu'à la fin de l'année. La Société publique locale Terre d'Argence prendra la suite pour la construction du centre des congrès. Le concours d'architectes est toujours en cours, trois candidats sont en lice.

Stéphanie Marin

Stéphanie Marin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais