A la une
Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 12.01.2022 - elodie-boschet - 3 min  - vu 421 fois

FAIT DU SOIR Élue en 2020, la maire de Saint-Jean-du-Pin fait le point

Julie Lopez-Dubreuil, maire de Saint-Jean-du-Pin. Photo Élodie Boschet / Objectif Gard

Élue maire de Saint-Jean-du-Pin lors du second tour des élections municipales en juin 2020, Julie Lopez-Dubreuil s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur, le communiste Éric Maubernard, tout en proposant de nouveaux projets pour sa commune de 1500 habitants. Trois grands axes animent son mandat : la jeunesse, la vie citoyenne et le cadre de vie. Interview.

Objectif Gard : D’abord conseillère municipale en 2008, puis adjointe en 2014, vous êtes devenue maire en 2020. Comment s’est passé ce début de mandat, en pleine pandémie ? 

Julie Lopez-Dubreuil : C’était très frustrant de commencer ce mandat dans ces conditions. Nous avons continué d’assurer la gestion quotidienne, mais l’absence de contact direct avec les habitants a été difficile. J’ai cru commencer à vivre un mandat normal avant la cinquième vague, cet été, où l’on a pu organiser des réunions publiques que l’on repoussait depuis plus d’un an. Nous avons fait la journée des associations en septembre et les gens avaient la banane de pouvoir enfin de se retrouver. Et là, rebelote ! On est obligés de se soumettre à des exercices nouveaux comme les vœux en vidéo où j’étais seule dans une salle… Et puis il y a tous ces protocoles… Alors ça n’empêche pas de bosser mais ça gâche tout le côté humain qui est si important pour nous.

Dans votre programme, vous mettiez l’accent sur l’aspect participatif que vous vouliez donner à votre gestion, comment cela se concrétise-t-il ?

Effectivement, nous avons mis en place en 2021 un projet fort de notre programme : le budget participatif. Celui-ci permet aux habitants de décider de l’utilisation de 30 000 euros du budget d’investissement. 33 projets ont été déposés, 12 ont été retenus et 400 votants ont choisi trois projets finaux. Le premier concerne l’installation d’un préau à l’entrée de l’école, ce qui est déjà fait. Le deuxième porte sur l’aménagement d’un parcours sportif en bois, à côté du foyer. Et le troisième consiste à mettre à disposition quatre itinéraires de promenade sur la commune avec un suivi GPS en temps réel de sa position et du parcours via une application. Des panneaux seront installés aux points de départ avec un flashcode. Enfin, toujours dans cette démarche participative, nous organisons des balades citoyennes pour aller à la rencontre des habitants des différents quartiers de la commune et échanger avec eux.

Quels sont les autres grands projets pour votre commune, déjà réalisés et à venir ?

Déjà lancée lors du précédent mandat, la construction du hangar municipal s’est achevée en juillet dernier. Nous l’avons inauguré fin octobre. Nous nous sommes aussi dotés d’une mutuelle communale car nous avons constaté que les habitants n’étaient pas bien couverts. Nous avons fait le choix de la mutuelle générale d’Avignon qui est une mutuelle solidaire, et cela fait un tabac ! Beaucoup d’habitants ont déjà souscrit. Ensuite, nous souhaitons réaliser d’autres projets : une aire multisports au foyer, une aire de jeux pour les plus petits, la rénovation bioclimatique de l’école, une maison en partage avec les Logis cévenols, l’aménagement de l’entrée du village et la sécurisation de sa traversée ou encore la sensibilisation des habitants à la question environnementale et à la réduction des déchets ménagers.

La commune de Saint-Jean-du-Pin est-elle soumise à des problèmes d'incivilités, voire de délinquance, comme c'est le cas de certaines de ses voisines ?

Nous n’avons pas à nous plaindre de ce côté-là. Étant une commune voisine d’Alès, nous avons été inclus dans la réflexion d’Alès Agglomération à ce sujet, mais nous n’avons pas été inscrits dans le programme de déploiement d’éducateurs de rue car nous n’avons pas de besoins particuliers. Nous avons comme partout quelques cambriolages, quelques nuisances sonores autour de l’église et de la place des mares. En revanche, nous subissons des conflits de voisinage pour lesquels je suis intervenue.

Pour finir, quel est le vœu le plus cher pour votre commune en 2022 ?

Retrouver le festival du rythme ! Il n’a plus eu lieu depuis deux ans… Il faut absolument qu’il puisse se tenir cette année. C’est ce que je souhaite par-dessus tout pour 2022 : retrouver les moments festifs, continuer à vivre ensemble le mieux possible en partageant davantage.

Propos recueillis par Élodie Boschet

Elodie Boschet

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais