A la une
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 03.05.2022 - anthony-maurin - 3 min  - vu 589 fois

FAIT DU SOIR Un temps d'Écosse pour le montage du mur d'Hadrien

Découvrez le mur d'Hadrien dans les arènes de Nîmes les 6, 7 et 8 mai prochains (Photo Anthony Maurin).

Dans les arènes, les reconstituteurs s'activent sous la pluie (Photo Anthony Maurin).

Hadrien, la guerre des Pictes, est la nouvelle reconstitution historique qui se déroulera les 6, 7 et 8 mai prochains dans les arènes de Nîmes. À quelques jours de la première représentation les reconstituteurs s'exercent à monter et démonter les décors... Sous une vraie pluie écossaise !

Il a plu toute la journée ou presque et sous la pluie, répéter un spectacle, c'est pas facile. Répéter avec les décors, c'est encore plus important ! Surtout quand ils sont volumineux. On a pu le vérifier chaque année depuis dix ans, les décors de ces spectacles sont toujours à la hauteur des attentes du public. Si on ne parle plus des Grands Jeux Romains (l'ancien délégataire Culturespaces est parti avec sa marque), Hadrien, nouveau spectacle proposé par Edeis, commence à marquer de son empreinte les esprits nîmois.

Briefing de Mike et Éric Teyssier, coordinateur et scénariste d'Hadrien, avant de débuter le chamboule-décor (Photo Anthony Maurin).

Pour ces décors, du volume, beaucoup de volume. L'édition 2022 d'Hadrien tient dans 15 semi-remorques ! Alors, en plus de la traditionnelle équipe de logistique et de manutention, il faut que les reconstituteurs eux-mêmes s'activent dans le ballet visuel du montage et démontage des modules. En plus d'être nécessaire pour la bonne tenue du show, cela doit être harmonieux, rapide et didactique.

Vision double ? Hadrien âgé et plus jeune (Photo Anthony Maurin).

Étaient présentes les troupes de la Lorica Romana (Leg X) de Comps et de la Leg VI Victrix d'Arles, Clément Mauger qui interprétera le rôle du chef Brigantes Locatos, Thomas Bruguier et Robert Dupoux qui incarnent Hadrien jeune et plus âgé. Pour les civils, c'est l'excellente association des Ministri des Arènes qui assure la représentation. En ce jour de répétition, Yann Guerrero et sa compagnie CPPP sont venus avec une quinzaine de jeunes qui seront aussi présents pour donner un gros coup de main lors du spectacle.

Dans le toril, les tours du fort du Mur d'Hadrien passent de justesse sous les arcades millénaires (Photo Anthony Maurin).

Il faut dire que l'illusion devra être la plus parfaite possible. Faire que les spectateurs se sentent replongés dans l'amphithéâtre de Nîmes en l’an 122 n'est pas chose aisée mais c'est jouable. La preuve attestée par l'histoire locale. L’empereur Hadrien est de passage dans la cité des Antonin. À cette occasion, il organise des jeux qui retracent ses victoires en Bretagne (la Grande-Bretagne de l'époque contemporaine). 1900 ans plus tard les Nîmois redonneront vie à cette histoire en proposant un spectacle en piste réunissant plus de 500 figurants passionnés d’histoire. Gladiateurs, légionnaires romains, guerriers celtes, chevaux et chars...

Le fort du mur enfin monté (Photo Anthony Maurin).

Les décors sont arrivés en milieu de semaine aux arènes, d'où ils ne bougeront plus jusqu'à 8 mai et la fin des festivités. Ils sont réalisés pour être modulables et le public, sans même s'en rendre compte, verra les décors dans de nombreux tableaux du spectacle. En ce samedi 23 avril, la répétition visait les montages et démontages de la spina, du temple, du sénat et du mur d'Hadrien. Temple et spina, temple et mur, partagent les mêmes décors évolutifs. Tous ces modules entreront en piste pour décorer chaque tableau et sortiront pour laisser la place à de nouveaux.

Encore une séance de briefing (Photo Anthony Maurin).

La spina, l'arrête centrale qui départagera la piste en deux, servira pour la course équestre prévue en début de spectacle. Mais avant cela le public aura vu la totalité des troupes défiler, quelques combats de gladiateurs et une course de chars. De la spina, les reconstituteurs vont devoir assembler les blocs, rapidement, pour en faire un temple romain puis la représentation du sénat lors d'une autre partie du spectacle. Mais la quasi totalité des modules seront à retrouver du côté de l'immense fort du mur d'Hadrien que les Pictes vont essayer de forcer.

Demain dimanche, ça continue. Les répétitions se poursuivent avec les acteurs et les cascadeurs. Quelques scènes de combats, quelques cascades et le "duel" final sera peut-être bien abordé si les conditions climatiques le permettent. Encore quelques répétitions et tout le monde sera prêt pour cette nouvelle et excitante aventure.

On ne va pas refaire l'histoire... Pour en savoir plus, achetez vos places ! Hadrien, la guerre des Pictes.

Un peu d'attente, comme pour chaque répétition (Photo Anthony Maurin).

Quelques ajustements faits entre Éric Teyssier et Yann Guerrero, scénaristes et réalisateur des décors qui entourent Mike Grenat qui coordonne tout ça avec les troupes (Photo Anthony Maurin).

Éric Teyssier met en place l'entrée de quelques légionnaires (Photo Anthony Maurin).

Ici, les modules sont en train d'être montés en fort du mur d'Hadrien (Photo Anthony Maurin).

Dans le toril... (Photo Anthony Maurin).

Puis en piste ! Il faut pousser plus fort car le sable de la piste inondée n'aide pas à la manœuvre (Photo Anthony Maurin).

Le Mur monté (Photo Anthony Maurin).

Allez, on essaie de peser les grosses pierres qui servent à la construction du mur ! Ils ont une force surhumaine ces romains... (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais