Publié il y a 1 an - Mise à jour le 22.10.2022 - corentin-migoule - 3 min  - vu 874 fois

FOOTBALL Sans démériter, l'OAC chavire sur les rives du lac Léman

Les Oaciens encaissent une nouvelle défaite. (Photo Fabrice Fourès)

Au terme d'un match plaisant sur les rives du lac Léman, l'OAC s'incline (2-0) face à Thonon Evian Grand-Genève, un autre promu mal classé. 

Deux mal classés s'affrontent ce soir au stade Camille Fournier dont la tribune fait face au Lac Léman. De nombreux changements sont à noter dans la compo de Thonon Evian Grand-Geneve espérant enrôler sa première victoire à domicile de la saison face à des Oaciens qui restent sur une défaite à Uzès face à Grasse (0-1), mais un succès lors de leur dernier déplacement à Hyères (0-1) pour ce qui est du championnat de National 2. Pas le temps de s'observer qu'une frappe surpuissante de Johan Branger depuis l’extérieur de la surface vient se loger dans le petit filet gauche d’Éric Moreau (1-0, 4e).

L’OAC ne sombre pas et se procure une première opportunité avec Abdoulaye Diaby qui décoche une frappe du gauche à ras-de-terre à l’issue d’une phase de possession. Bien jugée, celle-ci est tranquillement accompagnée en sortie de but par le gardien thononais. Très disponible dans l’entrejeu, Ben Nasr aimante les ballons et distribue le jeu à son aise. Lucas Franco en fait de même un cran plus haut sur le terrain. Dans un style qu’on n’avait pas encore eu l'occasion de voir cette saison, basé sur des attaques placées et une patience dans la construction, les Alésiens obtiennent une nouvelle occasion par l’intermédiaire de Dabo qui transperce la défense des locaux avant d’expédier une mine au dessus de la transversale (31e). Mais alors que les Cévenols sont plutôt dans un temps fort, ils concèdent un coup franc. Il est botté par le pied gauche de l’ancien professionnel Scaramozzino qui lobe le mur alésien, tandis qu'un rebond vicieux trompe Moreau (2-0, 40e). Sans avoir donné l’impression d’être dépassés, les hommes de Stéphane Saurat regagnent les vestiaires avec un déficit de deux buts.

Un début de deuxième mi-temps canon

Mais ce sont eux qui démarrent le mieux le deuxième acte. Quand Ben Nasr fracasse la barre à bout portant, Houelche oblige Adrien à se déployer dans la foulée (48e). Branger n’est pas loin du doublé lorsqu’il se présente face à Moreau après avoir gagné son duel face à son vis-à-vis, mais le gardien alésien sauve les siens (54e). Touré est bien trop rapide pour Iafrate et s’échappe dans la surface, mais l’ancien nîmois parvient à revenir pour gêner la tentative de l’ailier haut-savoyard, captée sans mal par Moreau (57e). Sur une pelouse de qualité, le rythme est soutenu, le match plaisant entre deux formations pourtant mal classées. Car lorsque l’OAC se doit d’essayer de réduire l’écart, Thonon Evian donne l’impression de vouloir tuer le match en inscrivant un troisième but. Partie sur des bases élevées, cette deuxième mi-temps perd un peu en intensité passée l’heure de jeu. Mais vient le temps des changements et avec eux, un éventuel supplément d’âme.

C’est ce qu’apporte le virevoltant Mahamat, entré au poste d’ailier gauche. L’ancien de l’Aviron Bayonnais fait des misères à son latéral. Il finit par adresser un centre à destination de Franco dont la frappe trouve les gants du gardien adverse (86e). Tout comme celle déclenchée par Assoumin à l’entrée de la surface (90+1). L’OAC pousse, se découvre enfin, mais c’est trop tard. Sans démériter, les Cévenols subissent une nouvelle défaite, la quatrième en sept matches de championnat. Ce qui n’arrange pas leurs affaires au classement, étant rejoints au nombre de points par leurs adversaires du soir, avant-derniers au coup d’envoi.

Corentin Migoule

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio