A la une
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 15.06.2019 - corentin-corger - 2 min  - vu 10877 fois

GILETS JAUNES À Nîmes, la manif inter-régionale tourne court

La police a procédé à quelques interpellations (Photo Corentin Corger)

Les forces de l'ordre ont sommé aux manifestants de quitter l'esplanade, qui ont obéi (Photo Corentin Corger)

Parasitées par celles de Toulouse et Montpellier, la manifestation inter-régionale des Gilets jaunes à Nîmes a tourné court avec seulement une cinquantaine de personnes présent, forcée de quitter rapidement l'esplanade Charles de Gaulle.

Il n'était pas tout à fait 14h, quand les responsables des forces de l'ordre, postés devant les arènes, sont venus sommer à la cinquantaine de Gilets jaunes, présent sur l'esplanade Charles de Gaulle, de quitter les lieux. En effet, hier, la préfecture du Gard avait pris un arrêté interdisant tout rassemblement sur un périmètre important qui comprenait cette zone et le centre-ville de Nîmes.

Après quelques minutes de réflexion, le simple fait de voir les policiers enfiler leurs casques a fait fuir les manifestants. Il faut dire que le dispositif était important. Au vu des informations récoltées ces derniers jours, le préfet s'attendait à une manifestation inter-régionale et les moyens pour éviter tout débordement étaient au rendez-vous. Fouilles, interpellations et hélicoptère présent pour survoler la zone.

Mais à en croire la très faible affluence, les Gilets jaunes ont changé leur plan au dernier moment puisque des manifestations se déroulaient également à Toulouse et Montpellier.

Un Gilet jaune américain à la rencontre de Kévin et Nicolas venus d'Aubenas (Photo Corentin Corger)

"On s'est fait fouiller et on nous a dit que l'on risquait une amende allant de 135 € à 700 €", s'insurgent Kévin et Nicolas, deux Albenassiens venus dans le Gard. Ils ont d'ailleurs fait la connaissance d'un américain fervent supporter des gilets jaunes et présent spécialement pour la manif.

Rapidement dispersé, un petit groupe a quand même pris la direction de l'avenue Amiral Courbet avant de pénétrer dans l'Écusson. Décidés à en finir rapidement, les forces de l'ordre ont procédé à de nouvelles interpellations. Pas tout à fait 15h, que l'acte 31 à Nîmes était déjà terminé.

Corentin Corger

Retrouvez en extrait vidéo la sommation des forces de l'ordre et une scène d'interpellations :

 
 

Corentin Corger

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais