A la une
Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 03.08.2016 - anthony-maurin - 2 min  - vu 484 fois

J'AI TESTÉ POUR VOUS... Halles Auberge, l'emblème culinaire de Nîmes

Au comptoir face à la cuisine ou attablé pour une certaine intimité, les solutions proposées vous font voir les Halles sous un autre jour (Photo Anthony Maurin).

Chaque semaine pendant l'été, Objectif Gard se rend dans un restaurant du département. Pour ce quatrième déjeuner, nos journalistes les plus gourmands ont atterri à la table d'Halles Auberge, un moment de vie locale et de cuisine traditionnelle de Nîmes.

C'est le lieu où il faut être. Avec des prix raisonnables, on peut même y trouver quelques célébrités en villégiature dans les environs... Halles Auberge, charmant comptoir où l'on ne se prend pas la tête, propose une cuisine raffinée de mets locaux et atypiques.

Les coeurs de canard, un pur régal (Photo Anthony Maurin).

A elle seule, l'ambiance des Halles vaut déjà le détour alors si vous poussez un peu l'imagination, être attablé dans un dans ce cocon vous relie à la nourriture qui règne en maîtresse absolue dans les environs! Le ventre de la ville met en joie quiconque se balade à travers les allées chargées de saveurs et des odeurs typiques de la région.

Une belle pièce de boeuf (Photo Anthony Maurin).

Pour ce restaurant un peu à part, la composition de votre repas est à la hauteur des lieux. Du choix, du bon choix. Outre le traditionnel plat du jour, vous pouvez choisir une "taraille" (simple portion sans aucun garniture dans une terrine) ou l'assiette. Pour les tarailles, les prix démarrent à 4,50 euros et vont jusqu'à 8 euros. Pour les assiettes, les prix s'étalent entre 8,50 euros et 11 euros. Les plats, quant à eux, viennent agrémenter votre "menu" personnalisé avec des assiettes comprises entre 3,50 euros et 13 euros. Pour finir, fromages et desserts sont aux alentours des 5 euros (avec 2 desserts du jour).

Les seiches et leur riz à l'encre... de seiche (Photo Anthony Maurin).

Pour l'occasion, les coeurs de canards auront la préférence des gourmets. Un grand classique pour ce restaurant, un must culinaire cuit et assaisonné parfaitement. Les foies de lapins ou de canards talonnent de peu ce mets délicat et sont merveilleusement préparés par l'équipe qui s'affaire derrière les fourneaux. Seiches, gambas, keifta, rognons blancs d'agneau, brochettes d'andouillettes, légumes frits, déclinaison de brandade, aïoli du mazet, camembert grillé ou encore jambon serrano combleront les plus exigeants palais. En plus de cela, on peut même y déguster des pieds paquets à la Marseillaise, des tripes (toujours à la Marseillaise), du taureau Camargue et bien entendu la meilleure agrillade saint-gilloise de la région!

Les keiftas (Photo Anthony Maurin).

Le patron Sébastien, en congés lors de notre petite visite, c'est à la truculente Arlette que nous avons affaire.Un vrai plaisir qu'il ne faut pas bouder! Cette personnalité incontournable de la vie nîmoise est aussi une cuisinière de haute volée et vous propose de passer un moment convivial rempli d'anecdotes dans une ambiance typiquement nîmoise, sourire et expressions du cru en prime!

Les desserts du jour, une panna cotta aux pêches et un nougat glacé maison (Photo Anthony Maurin).

Rapport qualité/prix : 4/5

Qualité gustative : 4/5

Service : 4/5

Cadre : 4/5

Note totale : 16/20

Anthony Maurin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais