A la une
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 25.02.2020 - stephanie-marin - 3 min  - vu 554 fois

LE 7H50 de Ghislaine Mazoyer : "Les buralistes doivent se diversifier tous les jours un peu plus"

Ghislaine Mazoyer, présidente de la Chambre syndicale des buralistes du Gard. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

Depuis ce lundi 24 février, il est désormais possible de payer ses impôts locaux, amendes et factures de service public au bureau de tabac La Gitane à Nîmes. Un point de vente situé au 32 place Jean-Robert, à deux pas du Centre des finances publiques, ironie du sort. Ghislaine Mazoyer, présidente de la Chambre syndicale des buralistes du Gard répond aux questions d'Objectif Gard.

Objectif Gard : Face à d'autres candidats, la Confédération des buralistes et la Française des jeux ont été choisies par la Direction générale des finances publiques (DGFIP) et ont ainsi remporté l'appel d'offres pour l'externalisation de la collecte des impôts locaux et des factures du service public. Quels ont été vos atouts ? 

Ghislaine Mazoyer : Nous sommes 24 000 buralistes implantés en France que ce soit dans des zones urbaines comme rurales. Nos larges amplitudes horaires et nos jours d'ouverture même le dimanche matin, ont certainement été des arguments qui ont convaincu la DGFIP. Ce nouveau service va permettre de simplifier les démarches du contribuable car malheureusement il y a moins de trésoreries que ce qu'il y a de buralistes autour d'eux aujourd'hui. Pour nous, ça peut nous apporter de nouveaux clients et à l'heure actuelle, on en a bien besoin.

Justement, quelle est la situation des buralistes aujourd'hui dans le Gard ?

En dix ans, on a perdu une trentaine de points de vente dans le Gard. Les buralistes - 288 sur le département, Ndlr - doivent se diversifier tous les jours un peu plus. On ne vend pas que du tabac. On fait de tout : les relais colis, maintenant l'encaissement des impôts, le recouvrement des amendes, ainsi que les factures de services publics (crèches, cantines, hôpitaux...). Ce ne sont pas des services qui sont beaucoup payés mais ils font rentrer des clients chez nous. C'est très difficile parce que le Gard est touché par la proximité avec l'Espagne et la hausse des prix des cigarettes. Dans une semaine le prix du paquet va encore augmenter - le paquet de Malboro atteindra les 10 euros, Ndlr - et sera le double de celui du pays voisin.

Et la Française des jeux (FDJ) , quel est son rôle ?

La FDJ s'est proposée en support technique pour permettre de scanner les QR codes des documents via l'appareil qui sert aux jeux. Ce qui a permis de simplifier la mise en oeuvre de cette opération qui aurait été compliquée s'il avait fallu passer par les caisses enregistreuses des buralistes, toutes différentes les unes des autres. La seule chose que les buralistes ont en commun, c'est la Française des jeux.

Ghislaine Mazoyer, Nadège Rebelo, buraliste, et Nicolas Denonfoux, responsable d'agence FDJ Provence Camargue, réunis ce lundi pour le lancement de l'expérimentation pour l’externalisation des encaissements des trésoreries publiques. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

En ce premier jour de test qui concerne 19 départements, seul un bureau de tabac dans le Gard expérimente ce nouveau service, il s'agit de La Gitane, géré par Nadège Rebelo. Et après ?

Ce bureau de tabac a été choisi par la DGFIP pour tester le dispositif pendant une semaine. Dès lundi prochain ce service sera disponible dans 82 bureaux de tabac répartis dans 47 communes du Gard, également choisies par la DGFIP en fonction de leurs besoins et de la situation des trésoreries encore ouvertes. Nous nous sommes mis en relation avec les buralistes qui étaient éligibles et nous leur avons demandé si ce service les intéressait parce que c'est sur la base du volontariat. À partir du mois de juillet, il sera déployé sur l'ensemble des départements et sur l'ensemble des buralistes du Gard, toujours, je le répète, sur la base du volontariat.

Les buralistes, et notamment ceux qui n'ont pas d'employés, ont-ils la capacité de répondre à ce service en plus de tout le reste ?

C'est très simple dans le fonctionnement. C'est comme si le client venait faire un jeu de la Française des jeux. Il va présenter son bulletin d'imposition (*) par exemple, sur lequel il y aura un QR Code. Il le scannera lui-même à la borne de la FDJ et le buraliste n'aura qu'à encaisser le montant sans même savoir à quoi il fait référence. Le buraliste ne jouera pas le rôle des agents des impôts. En cas de demande d'informations, le client sera redirigé vers les trésoreries publiques.

Propos recueillis par Stéphanie Marin

* Les contribuables pourront s'acquitter de leurs impôts en espèces ou par carte bleue jusqu'à concurrence de 300 euros.

Stéphanie Marin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais