Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 13.06.2022 - thierry-allard - 2 min  - vu 2593 fois

LÉGISLATIVES 6e circonscription : Cadène (NUPES) en tête, Berta (LREM) a eu très chaud

Nicolas Cadène et sa suppléante Catherine Legrand lors de l'annonce des résultats du premier tour des législatives ce dimanche soir à Nîmes (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Ça bouge beaucoup » : il est 20h30 passées au café Olive, et le candidat de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES) sur la 6e circonscription Nicolas Cadène a les yeux rivés sur son téléphone. 

Les résultats tombent au compte-goutte, et ils sont trop serrés pour permettre la moindre analyse, et encore moins une quelconque prise de parole. Finalement les résultats tombent : Nicolas Cadène sort en tête de ce premier tour, avec 9 582 voix, soit 25,65 % des suffrages, devant le député sortant LREM - Renaissance Philippe Berta, qui compte 9 107 voix (24,38 %). La candidate du Rassemblement national Laurence Gardet le talonne, avec 24,14 % des voix, soit 9 018 suffrages, soit 89 de moins que le sortant. 

« J’ai eu chaud », admet Philippe Berta. Il faut dire qu’à Nîmes, plus grosse partie du corps électoral de cette 6e circonscription, Nicolas Cadène a fait le trou, avec près de 900 voix d'avance sur un sortant handicapé par le candidat LR François Courdil, qui a recueilli 1 803 voix dans sa ville. Le candidat de la NUPES doit sa première place à Nîmes, ainsi qu’à des scores moins mauvais que prévus à Uzès, où il sort deuxième à 91 voix de Philippe Berta, ou à Marguerittes, où il arrive deuxième aussi. 

« Nous avons fait une très belle campagne, la plus belle du département, et ça a été concluant puisque nous sommes premiers ce soir », lancera Nicolas Cadène à ses militants sous une salve d’applaudissements. Désormais, « le choix est très net, avec la possibilité de continuer avec une majorité sortante inactive sur le climat et coupable de casse sociale, ou élire une nouvelle majorité pour agir réellement sur le climat et le social », estime l’écologiste. 

Pour Philippe Berta, le choix est tout aussi clair, et la NUPES est un extrême comme un autre. « Les extrêmes se sont toujours rejoints, et on voit la volonté de Jean-Luc Mélenchon de devenir une espèce de dictateur, j'ai pu l’observer depuis cinq ans, il veut se transformer en une espèce de Chavez et je ne peux pas accepter de voir des gens qui se disent démocrates, venus du PS, du PCF, d’EELV, se laisser entraîner dans cette folie pour quelques postes, on ne joue pas avec ces valeurs là. »

Philippe Berta (Objectif Gard)

Pour le député sortant, « le temps est venu d’un vrai redressement national, nous sommes dans une situation dangereuse pas propre à la France, avec les problèmes climatiques, la crise sanitaire, la guerre en Ukraine, il est temps que nous serrions les coudes et de ne pas laisser le pays à des extrémistes qui nous emmèneraient vers le néant. » 

Du côté de Nicolas Cadène, on estime que « l’union a fait la force », et que désormais il faut « transformer l’essai. » Ce ne sera pas de la tarte : le candidat de l’union de la gauche a, à première vue, moins de réserves de voix que Philippe Berta. Reste à voir ce que vont faire les électeurs du Rassemblement national dimanche prochain, alors qu’ils sont pour une fois orphelins au second tour dans le Gard. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio