Publié il y a 1 an - Mise à jour le 15.09.2022 - corentin-corger - 3 min  - vu 898 fois

L'INTERVIEW Frédéric Pastor, adjoint aux Festivités : "Aymeric Caron, c'est un nutritionniste"

Frédéric Pastor, adjoint aux festivités à la ville de Nîmes (Photo Objectif Gard)

Frédéric Pastor remettant un tee-shirt au jeune Manuel Fuentes (Photo Anthony Maurin).

Ce soir, la feria des Vendanges démarre à Nîmes. Pour cette édition, la ville de Nîmes a souhaité mettre autant en valeur la tauromachie camarguaise qu'espagnole à l'image du grand concours d'abrivado qui aura lieu ce soir. L'adjoint délégué aux Festivités, à la tauromachie, aux rapatriés et aux traditions locales, Frédéric Pastor, fait le point avant le début des réjouissances. 

Objectif Gard : Quels sont les enjeux de cette feria des Vendanges ? 

Frédéric Pastor : C'est maintenir ce qui est l'ADN de la ville, cet esprit festif que constitue la feria. Avec une particularité cette année. Vous l'avez remarqué, la feria des Vendanges est toujours plus tournée sur les traditions locales, camarguaises et encore plus cette année avec la finale du concours d'abrivado.

Pourquoi cette volonté de mettre davantage à l'honneur le monde de la bouvine ?

La première notion est une notion de soutien et d'adhésion totale. Toutes les manifestations taurines de rue rencontrent un franc succès dans tout le département. C'est quelque chose qui est viscéralement attaché à la population et à tout type de population. Quand on voit les abrivados et les encierros, le taureau, qui va être présent aux quatre points cardinaux de la ville, c'est un lien de transmission et un lien social. C'est ce que je souhaite par-dessus tout et c'est bien que l'ensemble des populations y soit attaché.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce concours d'abrivado qui aura lieu ce soir à 20h30 ?

Ça représente de gros moyens humains et un dispositif logistique très lourd. C'est un parcours de 870 mètres linéaire avec huit manades qui vont concourir, avec à chaque fois dix chevaux et six taureaux, sur ce que j'appelle "Les champs Élysées de l'abrivado", qui est le boulevard Victor-Hugo. Quand on regarde les images, historiquement ce boulevard a vu traverser des dizaines et dizaines de grands manadiers. Les cafetiers ont tous spontanément adhéré à cette action et je tiens à le saluer. Cette année, on amplifie puisque l'on y fait ce grand concours d'abrivado. En parcours urbain, c'est du jamais vu. On fait un bond en arrière dans les années 1960.

"Le monde de la tauromachie est capable de réagir spontanément"

Que pensez-vous des cartels de cette feria des Vendanges ?

Je suis très satisfait de la présentation des taureaux au corral. On a actuellement deux toreros intouchables que sont Daniel Luque et Roca Rey, on les aura les deux à la feria en complément de différents toreros qui fonctionnent très fort comme Paco Ureña, Álvaro Lorenzo, Juan Leal, Isaac Fonseca, qui vient de couper trois oreilles à Albacete, sans compter le cartel d'ouverture qui est très attrayant avec les deux nîmois Adrien Salenc et El Rafi. Sur le plan taurin, on a un format différent avec trois corridas (une de moins que l'année dernière) et une novillada. Il ne faut pas l'oublier non plus. On souhaite mettre en avant la qualité à la quantité.

Samedi, avant la corrida de l'après-midi, il y aura une manifestation des pros d'un côté et des antis de l'autre. Est-ce que ça vous inquiète ? 

Personnellement, ça ne m'inquiète pas ! Je ne suis pas inquiet pour l'avenir de la corrida. Je considère que les attaques faites aujourd'hui, même sur la corrida, sont un sujet parallèle aux propos d'Aymeric Caron. Aymeric Caron c'est un nutritionniste. Concernant la manif des pros, cela montre que le monde de la tauromachie est capable de réagir spontanément à toutes les attaques dans des délais très contraints. Je serai présent à cette mobilisation. Au-delà de l'importance du soutien, c'est inévitable et indispensable. Il y a un an la ville a organisé la levée des tridents, l'esprit de ce événement ce n'est pas uniquement de l'avoir commémoré cent ans après, mais c'est dire le monde des tauromachies fonctionne avec un esprit d'observation et de sentinelle. Dès lors que l'on y porte atteinte, ce monde réagit. C'est le principe et le fondement même d'une culture vivante.

Sentez-vous une émulation autour de cette feria ? 

Ce que je sais c'est que les réservations aux arènes marchent bien. C'est déjà pas mal. Il y a une nouvelle application concernant les arènes de Nîmes, elle est bien faite. Les gens ont toutes les informations nécessaires. Je pense que l'on fera le plein samedi.

Propos recueillis par Corentin Corger

Corentin Corger

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio