A la une
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 14.04.2022 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 4966 fois

NÎMES MÉTROPOLE Condamnation de Franck Proust : des agents entre émoi et stupeur

Photo d'illustration du siège de Nîmes métropole (Photo : Coralie Mollaret)

Ce matin, l'annonce de la condamnation du président de Nîmes métropole, Franck Proust, était au centre de toutes les discussions des agents de l'Agglo. 

« Ah bon ? Franck Proust a été condamné ? C’est bizarre, d’habitude les bruits vont vite ici… De tout façon, on n’est jamais au courant de rien ! », commente, étonnée, la chargée d’accueil de l’Agglo. Ce matin, l’affaire de la Senim a connu un énième rebondissement (relire notre article sur ce lien). La cour d’appel de Nîmes a condamné le président de Nîmes métropole pour trafic d’influence et recel de trafic d’influence. L’élu Les Républicains écope ainsi d’une amende de 15 000 €, de 12 mois de prison avec sursis et surtout d'une peine d’inéligibilité de cinq ans. Celle-ci menace de mettre un terme à sa carrière publique, débutée sous l’ère Bousquet en 1989. 

Photo DR Objectif Gard

Dans les couloirs de l’Agglo ce matin, l'affaire politico-judiciaire alimentait les discussions. « Quelle incidence cette condamnation aura sur nous ? », s’inquiète une fonctionnaire qui compte parmi les 450 agents de Nîmes métropole. À l’étage, certains sont abasourdis : « J’étais en réunion, j’ai reçu pas mal de messages me disant que l’on pensait fort à moi. J’étais à mille lieux de m’imaginer que c’était en lien avec Franck Proust… J’ai sans doute une autre vision des choses. Cette affaire date de plus de 20 ans. De l’inéligibilité ? C’est un peu fort quand même ! », commente un autre employé. 

"C'était l'homme à abattre"

Au Colisée, certains directeurs ressentent comme un malaise : « Pour l’instant, l’information n’a pas trop circulé. C’est assez feutré. Il y a comme une forme de pudeur », concède un directeur. Au fil de la matinée, la nouvelle se répand comme une trainée de poudre : « Franchement c’est l’émoi. On ne s’y attendait pas du tout. Il paraîtrait même que Franck Proust a pleuré… », rapporte un autre agent, qui interroge : « la vraie question c’est de savoir si son appel en cassation pourra lui permettre de rester président ? On a beau dire ce que l’on veut, Franck Proust a une vraie vision du territoire, c’est un homme brillant ! » 

Tous ne sont pas du même avis : « Si Franck Proust a été condamné, c’est qu’il y a matière. Nous on paie bien pour nos fautes, ça doit être pareil pour les politiques ! » Des propos qui ont trouvé un certain écho, ce matin, dans le bar en face de l’Agglo : « Il faut le dire, c’était un peu l’homme à abattre. Aujourd’hui, la justice est beaucoup plus sévère avec les responsables politiques. Il y a des choses qui ne passeront plus. Franchement moi, je ne pense pas qu’il fasse appel en Cassation. Cette histoire va le suivre. Le mieux à faire est de se retirer de la vie publique… » 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais