Publié il y a 9 ans - Mise à jour le 22.11.2014 - baptiste-manzinali - 2 min  - vu 163 fois

NÎMES OLYMPIQUE "Conrad et Kasparian n'ont pas payé un centime au club"

Stade des Costières ce matin. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

C'est l'information que l'ancien président du club Jean Louis Gazeau a lâché ce matin lors d'une réunion au stade des Costières. Rani Assaf, le co-actionnaire, serait le seul à avoir réglé la moitié du montant lors du rachat.

Pour le maire de Nîmes, initiateur de la réunion de ce matin, c'est l'avenir du club qui prime. "Ce club, il faut le sauver. Si des hommes ont dérapé, ils doivent être puni. Il fallait une union sacrée." Au delà du rassemblement prévu cet après-midi à 15h, c'est le match de vendredi prochain aux Costières face au Havre qui attire toutes les attentions. M. Fournier a été ferme ; "Il faut une forte mobilisation contre le Havre et nous souhaitons organiser un autre rendez-vous samedi prochain à 14h au stade". Pour le club des supporters Gladiators représenté par Guillaume Navarro, "Nous voulons du concret, un stade plein contre Le Havre. Des prix plus attractifs pour ce match sont possibles". Si l'union des nîmois, responsable politique comme supporters, était en marche ce matin, une information donnée par Jean Louis Gazeau a fait mouche.

Rani Assaf seul maitre à bord

M. denat, M. Fournier et M. Lachaud au stade des Costières ce matin. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Selon l'ancien président du club, Jean-Marc Conrad et Serge Kasparian n'auraient "pas payé un seul centime jusqu'à présent". Seul Rani Assaf, actionnaire écarté dans l'affaire des matchs truqués, aurait réglé la moitié du montant lors du rachat la saison dernière et détiendrait 48 % du club à ce jour. À l'heure actuelle, il serait le seul à gérer les affaires à distances, et devrait nommer un président délégué d'ici jeudi. L'homme s'est excusé de son absence de la réunion de ce matin, mais inspirerait la confiance de M. Gazeau. "Si le règlement restant est un peu compromis, j'ai confiance en M. Assaf. Et puis, honnêtement, l'argent est secondaire dans cette histoire. Je suis plus préoccupé par l'avenir du Nîmes Olympique." Questionné sur une éventuelle reprise de la présidence, M. Gazeau a répondu par la négative, mais souhaite "aider le club dans cette période difficile." Selon lui, une radiation du club par la LFP n'est pas envisageable.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio