A la une
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 29.11.2014 - baptiste-manzinali - 3 min  - vu 126 fois

NÎMES OLYMPIQUE / LE HAVRE Pasqualetti "L'équipe était attendue au tournant"

José Pasqualetti. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Nîmes Olympique / Le Havre 3 - 3. le coach José Pasqualetti et les joueurs se sont livrés à la traditionnelle conférence de presse d'après match. Les nîmois ont exprimé leur vision du match, de l'intérieur, et se sont montrés visiblement apaisés après le battage médiatique des dernières semaines.

José Pasqualetti : "on met trois buts à une bonne équipe, mais on en concède trois aussi. On a encore beaucoup de chose à apprendre, mais qu'est ce que je pourrai reprocher aux joueurs ? Ils jouent avec des imperfections certes, mais beaucoup de générosité, du cœur. L'équipe était attendue au tournant, je pense qu'elle a réagi. Les fondations et l'état d'esprit sont solides, il n'y a pas de tricheur dans cette équipe. On peut faire des choses plus intéressantes dans ce championnat. La page est tournée depuis Créteil, on reste concentré sur le sportif. Nous avons été rassuré sur l'avenir du N-O, on a pu travaillé dans plus de sérénité. Le retour au 4-4-2 est parti d'un constat après Créteil, et puis c'est dû au fait que j'avais des attaquants supplémentaires.On avait des choses à nous faire pardonner par rapport à notre public. Ils ont compris que nous avions la volonté de mouiller le maillot. Notre challenge c'est d'être en osmose avec le public, quand c'est le cas, cela transcende une équipe. Le président est venu nous féliciter et nous a exprimé sa fierté de nous voir ne pas renoncer. La blessure sur Harek n'est pas très grave, juste une contracture sur la cuisse. Le terrain était dégradé, mais on est tombé sur une belle équipe, avec un bon entraineur et de beaux joueurs."

Abdel Malik Hsissane : "des regrets ? Oui et non, on a eu une bonne réaction. On a manqué de concentration, les deux buts d'avant et d'après la mi-temps on aurait jamais dû les prendre. J'ai trouvé l'ambiance très bonne avec des supporters derrière nous. On a vu dans la saison qu'on était capables de réagir après avoir pris trois buts. Psychologiquement, se faire revenir à la fin c'est négatif. Le nouveau président nous a dit que le championnat débutait là, mais bon. Il faut qu'on enchaine deux performances pour repasser dans cette première partie de tableau. Sur le terrain on a reculé, à cause de la mauvaise qualité de la pelouse, on la senti physiquement, moi dès les premières minutes de jeu."

Toifilou Maoulida en conférence de presse. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Toifilou Maoulida : "C'était un match un peu fou fou. Il y a de la satisfaction et de la déception aussi. On est revenu à la fin, mais on voulait gagner ce match avec cette mobilisation. On va pas faire la fine bouche c'est un bon point de prix. Bravo à Riad, il met deux buts important. On s'attendait à un peu plus de monde, on aurait aimé 10 000 ou guichet fermé. Tant qu'ils sont là, qu'ils nous poussent. Les applaudissements de la fin du match prouvent qu'on a tout donné. Les buts qu'on prend, on peut les éviter. Il faut travailler encore et encore. Si je suis hors jeu, ça doit être très limite car j'anticipe, le ballon me revient dans les pieds. Avec tout ce qu'on a subit, la pression médiatique autour du club, on est un groupe jeune et c'était difficile. La meilleur des réponses était sur le terrain, on s'est battu comme des guerriers. On a pris des buts, on est toujours revenu. C’était un bon match de football face à une très belle équipe. Il y a un déplacement à Troyes difficile avant la trêve, on aura besoin de mental et de courage."

Riad Nouri : "Sur le coup franc, j'ai pas visé, j'ai frappé. Tant mieux. Les faits du jeu se sont déroulés comme ça, mais collectivement on voulait pas perdre, on a su relever la tête, c'est tout à notre honneur. Je suis pas un tireur de coup franc, Sartre était pas là, Bobichon non plus, voilà. C'est de la réussite, je les travaille pas trop à l'entrainement. J'espère qu'il y a eu une petite réconciliation avec le public. Quand j’étais entendu mon nom scandé en tribune sud, ça m'a fait quelque chose. C'est un match nul qui avait une saveur de victoire, on revient à 3 - 3 dans les dernières secondes. C'est frustrant de prendre ce genre de but. On a réussi à revenir sur un terrain vraiment difficile. Mes anciens coachs m'ont dit que je ne marquerai jamais de la tête, je vais me faire chambrer. C'est peut-être les chants des nîmois qui nous a donné la force. Toutes ces histoires sont derrières, il faut passer à autre chose. Le coach était content au delà du résultat, de la manière. C'est vraiment le collectif qu'il faut souligner ce soir.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais