Publié il y a 9 ans - Mise à jour le 23.08.2023 - baptiste-manzinali - 3 min  - vu 143 fois

NÎMES OLYMPIQUE Un président face à la cruelle destinée d'un club

Christian Perdrier face à l'histoire du club. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard) - Baptiste Manzinali

La LFP a tranché : Nîmes Olympique sera relégué d'une division la saison prochaine. Dans l'affaire des matchs truqués, le club gardois est le seul à trinquer. Une décision qui a suscité une vive émotion hier soir, des deux côtés du micro.

Les minutes sont longues au club-house en attendant le président Christian Perdrier. Les multiples collations mises à disposition pour faire patienter la presse ne changent rien à l'impatience des uns et des autres. On jette un coup d’œil à son smartphone au cas où des informations auraient filtré, puis par la fenêtre, et l'on perd son regard sur les objets historiques en vitrine à la gloire d'un passé qui a souvent souri au club. "Ça sent pas bon" peut-on entendre en bruit de couloir. On commence à s'agiter. Plus d'une heure de retard pour le président qui se fait désirer, ce qui a de quoi inquiéter l'assistance. En coulisse, Christian Perdrier est aussi dans l'attente. Puis une première information tombe, Jean-François Fortin, président du SM Caen, serait disculpé. Mais qu'en est-il pour le Nîmes Olympique ? Il est 19 h, le couperet tombe peu avant l'arrivée du président ; c'est la relégation qui aurait été retenue par la ligue. Mais tant que la sanction n'est pas annoncée par M. Perdrier lui-même, le bénéfice du doute est accordé. Il est de courte durée.

{{IMG:2}}

"Abasourdi, assommé, déçu, amer"

Chacun regagne la place qu'il s'était attribué lorsque la porte s'ouvre et laisse apparaître celui que tout le monde attend. Le visage est blême et ne laisse entrevoir aucun mystère. "Je viens tout juste de l'apprendre, Nîmes Olympique sera rétrogradé d'une division l'an prochain, Caen n'a rien à se reprocher. Je n'ai pas chercher à en savoir plus". Personne n'avait pensé à une sentence aussi cruelle. Ce que les écoutes téléphoniques, les auditions, les rapports des arbitres ont révélé, n'ont pas permis d'établir une corruption avérée, seulement des tentatives de la part du duo Jean-Marc Conrad/Serge Kasparian. Cela suffit à la commission de discipline de la LFP pour infliger au Nîmes Olympique une sanction qui servira d'exemple. "Je ne m'attendais pas à ça. Je suis abasourdi. Si Caen n'est pas sanctionné, donc il n'y a pas eu d'arrangement. Pourtant Nîmes est lourdement réprimandé pour des actions de son ancien président. Je comprend la volonté de taper fort, mais ça fait mal." Christian Perdrier, qui nouait des liens d'amitié avec Jean-Marc Conrad avant l'affaire des matchs truqués, semble changer de regard sur l'homme : "Je garderai pour moi mes sentiments envers lui".

Finir la saison sur le podium pour rester en ligue 2

Maillot historique du Nîmes Olympique dans le club-house. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard) • Baptiste Manzinali

22 ans que Nîmes n'a pas renoué avec la ligue 1. Depuis janvier, beaucoup s'étaient mis à rêver d'une troisième place arrachée dans les derniers matchs de la saison après les excellents résultats du club. Un collectif était née, l'équipe avait appris à jouer ensemble, et les victoires s'enchaînaient. Avec 22 points gagnés sur 30 possibles, les performances avaient presque fait oublier l'épée de Damoclès qui pendait sur l'avenir du Nîmes Olympique. Le président est amer, "Tout le travail que l'équipe a produit sur le terrain pour montrer que Nîmes c'était une autre chose que tout ça" et laisse échapper quelques sanglots lorsqu'il évoque les objectifs du club : "Je ne visais pas la troisième place à mon arrivée au club, nous parlions plus du maintien. Maintenant, s'il faut tripler ou quadrupler les primes pour finir sur le podium, je le ferai". Une place sur le podium de la ligue 2, normalement synonyme de montée, permettrait alors au club de se maintenir pour la saison suivante.

Christian Perdrier a décidé de faire appel de la décision de la LFP. Elle devra alors statuer définitivement avant la fin de saison. Jean-Marc Conrad est sanctionné de 7 ans d'interdiction de fonction officielle, 10 ans d'interdiction de licence pour Serge Kasparian. Sur le plan sportif, reste à savoir si les joueurs trouveront l'énergie du désespoir pour atteindre ce podium salvateur.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio