Actualités
Publié il y a 10 ans - Mise à jour le 28.09.2012 - tony-duret - 1 min  - vu 211 fois

AIGUES-MORTES : Le retour de la devise "Liberté, Égalité, Fraternité" sur le fronton de la mairie

Photo DR

A Aigues-Mortes, on ne sait plus vraiment où la devise française "Liberté, Égalité, Fraternité" était passée. Le temps, peut-être, avait fait son œuvre et effacé ce symbole de démocratie des murs de la mairie. Un manquement qui avait sauté aux yeux du préfet Hugues Bousiges, en 2010, alors qu'il prenait ses fonctions. Il en avait aussitôt fait part au maire de la ville, Cédric Bonato, qui s'était engagé à redonner à sa mairie la devise qu'elle méritait.

L'édile a tenu parole et avant-hier, mercredi, la devise républicaine a été inaugurée par le préfet et le maire. Dans son discours, Hugues Bousiges a rappelé :"Nous sommes rassemblés pour renouveler un pacte : celui de vivre ensemble dans la concorde, la solidarité et la cohésion de l’unité nationale". Avant de revenir sur le fait-divers qui a fait beaucoup parler d'Aigues-mortes durant l'été : "Les événements qui se sont déroulés à Aigues-Mortes dans la nuit du 4 août dernier sont d’une incontestable gravité (...) Heureusement, s’ils sont condamnables avec la plus grande énergie, ces actes demeurent exceptionnels par leur nombre. Depuis le début de l’année 2012, 16 actes de racisme ont été recensés dans le Gard. En 2011, sur l’année entière, 23 actes de racisme dont 2 délits".

En quittant son assemblée, le préfet a insisté sur cette devise qui orne toutes les mairies françaises : "En inscrivant cette devise sur le fronton de la Mairie, nous sommes venus rappeler une direction et une exigence. Une direction : celle du vivre ensemble. Une exigence : celle de l’unité républicaine". C'est dit.

TD

Tony Duret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais