Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 13.05.2019 - thierry-allard - 2 min  - vu 608 fois

BAGNOLS Soixante ans d’amitié franco-allemande

La secrétaire du Comité de jumelage de Braunfels, Sonia Neumann, et la présidente du Comité de jumelage de Bagnols, Viviane Selva, samedi midi à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Voilà soixante ans que Bagnols est jumelée avec la ville allemande de Braunfels, située dans le Land de l’Hesse. Un anniversaire célébré à Bagnols ce week-end.

Un grand banquet, avec charcuterie et bière allemande, s’il vous plaît : le soixantième anniversaire du jumelage entre Bagnols et Braunfels a été dûment célébré. L’occasion de rappeler, comme le fait la présidente du Comité de jumelage de Bagnols, Viviane Selva, qu’il y a soixante ans, « il s’agissait du premier jumelage entre une ville française et une ville allemande de l’ex-Languedoc-Roussillon. » Le tout même pas quinze ans après la seconde guerre mondiale et aux balbutiements de l’Europe. « Il leur en a fallu de la volonté aux pionniers pour lever les barrières dues à la guerre. À l’époque, on les a traité de fous », poursuit la présidente.

Soixante ans après, force est de reconnaître que le jumelage est un succès : « En soixante ans, il n’y a pas une année où on ne s’est pas vus », souligne Viviane Selva. « Le comité y travaille toute l’année, abonde le premier adjoint au maire de Bagnols, Denis Rieu. Il y a des échanges scolaires ou sportifs notamment. » Entre Bagnols et Braunfels, qui compte environ 11 000 habitants, plus qu’un jumelage, c’est un tissu d’amitiés qui s’est constitué en six décennies.

« Nous avons un groupe de quarante personnes, dont certaines échangent depuis quarante ans », souligne la secrétaire du Comité de jumelage de Braunfels, Sonia Neumann, citant notamment l’exemple d’une résidente de Braunfels âgée de 84 ans qui se rend depuis soixante ans à Bagnols. « Nous sommes de vrais amis », ajoute-t-elle.

Alors ce week-end, si des délégations de toutes les villes jumelles de Bagnols (*) sont présentes - 200 personnes étaient attendues au repas de gala samedi soir -, c’est celle des Allemands qui est la plus nombreuse. Et peu importe la nationalité, tout le monde est logé à la même enseigne : « Nous faisons des échanges entre familles. L’intérêt est que les gens apprennent à se connaître », note la présidente avant d’ajouter que « le jumelage, c’est la paix. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

Gabriele Gabrielli, fidèle parmi les fidèles : il n’est pas allemand, mais italien, et il est à Bagnols. Gabriele Gabrielli est originaire de Feltre, ville de 20 000 habitants située en Vénétie jumelée à Bagnols depuis 1961. « Un de ceux qui a construit le stade et le quartier des Escanaux était d’un village à côté de Feltre », raconte-t-il pour expliquer comment les destins des deux villes se sont croisés durant les années 1960. Impliqué depuis le début dans le jumelage, Gabriele, 86 ans aujourd’hui, est venu pour la première fois à Bagnols en 1963 : « Les deux premières années, seuls les maires voyageaient et je suis venu car le maire ne pouvait pas venir. » Suivront de nombreux échanges universitaires, culturels ou encore sportifs, notamment en rugby, le sport de Gabriele. « Entre 1972 et 2008, nous venions ici à Pâques et les Bagnolais venaient à Feltre à l’Ascension, et nous avons toujours perdu, sauf une fois à Feltre ! », raconte Gabriele Gabrielli. Encore aujourd’hui, l’octogénaire se rend à Bagnols « deux à trois fois par an. »

* Braunfels (Allemagne), Feltre (Italie), Newbury (Royaume-Uni), Eeklo (Belgique), Carcaixent (Espagne) et Kiskunfélegyháza (Hongrie).

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio