Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 28.05.2017 - abdel-samari - 4 min  - vu 441 fois

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Amis lecteurs, en cette année d'élections, nos indiscrétions vont s'avérer d'utilité publique ! Restez connectés ! 

Collard-Sara, la bataille ne fait que commencer. Député sortant de la 2e circonscription et proche de Marine Le Pen, Gilbert Collard affrontera de nombreux candidats en juin prochain pour espérer conserver son mandat. L’une de ses concurrentes est la célèbre torera, Marie Sara. Contactée en personne par le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, pour porter les couleurs d’En Marche, elle est celle que tout le monde voit porter l’estocade au Front National dans ce territoire où l’extrême droite est enracinée. Mais le porte-drapeau du Rassemblement Bleu Marine n’a pas dit son dernier mot. Même avec un faible bilan, comme il le dit lui même ayant été « un petit contre-pouvoir », Gilbert Collard compte jouer la carte de la tradition locale, chère aux militants frontistes de la Petite Camargue, pour se faire réélire. Il n’y a qu’à voir l’épisode surréaliste, sur un bateau de pêche au Grau-du-Roi avec Marine Le Pen entre les deux tours de la Présidentielle, avec sa tenue de vieux loup de mer très travaillée. Marie Sara, novice en politique, a une carte à jouer. De la société civile, son manque d’expérience peut être un atout dans une société française où le renouvellement politique est désormais l’une des conditions du succès. Mais affronter les rouages politiques parisiens ne sera pas une mince affaire. Médiatiquement de niveau, Marie Sara risque de se conforter dans une stratégie de l’image et de la communication plutôt qu’à la réalité du terrain. Dommage pour un territoire du Gard qui avec ces deux têtes d’affiches, remplit parfaitement son rôle médiatique mais augure peu d’espoir et d’espérance pour les gardois de la 2ème circonscription !

Marion Maréchal-Le Pen pour soutenir Collard ? Si elle ne se présente pas aux Législatives, la nièce de la présidente du FN est toujours une actrice de la vie politique. Ainsi Marion Maréchal Le Pen pourrait se rendre dans la deuxième circonscription du Gard, pour soutenir le sortant Gilbert Collard, dans l’entre-deux-tours du scrutin. Si en Petite Camargue, le FN est arrivé en tête à la Présidentielle, mieux vaut assurer ses arrières… Le sortant n’est donc pas contre, un petit coup de main, de son ancien collègue du Palais Bourbon.

Boré, l’oublié de France 3. Pas content Jean-Paul Boré... Dans une lettre ouverte à la presse, le candidat (TPNA) aux Législatives de la 1e circonscription se plaint du traitement différencié de la presse à son égard. En ligne de mire : le débat organisé par France 3, ce mercredi. Jean-Paul Boré n’y a pas été convié... Faut dire qu’un débat à 15 candidats n’a pas beaucoup de sens et, risque de provoquer une cacophonie peu propice à la compréhension des enjeux pour les téléspectateurs. Mais l’important, c'est d’être devant la caméra, pas de se soucier de ceux qui sont derrière leur écran...

Verdier, la vie en (carré) rose. Il y a au moins un endroit où Fabrice Verdier a remporté l'élection : c'est auprès du staff de la bodega du Carré Rose, sur le boulevard Louis Blanc à Alès. Jeudi soir, à la fermeture de la bodega à une heure du matin, le DJ a souhaité une "bonne fin de soirée" aux festaïres avant d'ajouter :"Et votez Fabrice Verdier !". Surréaliste ! Le député, présent dans la bodega, en a été le premier surpris.

Gérard Unternaehrer au coté d'Annie Chapelier. Photo Elodie Boschet / Objectif Gard

Gérard Unternaehrer, l'homme parasol. Il est le suppléant d'Annie Chapelier, candidate En Marche sur la 4ème circonscription, et mieux que personne il protège sa partenaire avec cet imposant parasol intégré à son corps. Seul inconvénient, en ces temps de feria, l'homme prend beaucoup de place dans les bodegas mais se révèle être un formidable compagnon sur les plages du littoral.

EELV-PC, l’impossible entente gardoise… Décidément à gauche, on s’éclate ! Au premier tour de scrutin des Législatives le 11 juin, les Gardois auront l’embarras du choix, entre les candidats de France Insoumise, du Parti Communiste, d’EELV ou du PS (lorsqu’il y en a un). Cette liste n’aurait-elle pas pu être raccourcie ? Aux Régionales 2015, l’alliance entre écologistes et communistes leur a permis de se hisser à la quatrième place. Seulement autre scrutin, autre stratégie. « Le PC n’a pas voulu nous donner de place de titulaire »,  se désole un écologiste. « C’était compliqué, on s'est déjà retiré de la 2e circonscription », reconnaît un membre du PC, « EELV visait la 5e, la 6e et la 3e. Sur la 5e, nous sommes forts, sur la 3e, il y a la délicate question du nucléaire et sur la 6e, nous ne voulions pas entrer dans un affrontement entre écolos, avec Christophe Cavard ». Quand ça veut pas…

Une partie des élus d’Alès de retour à la CCI... Après la bagarre pour la présidence entre Francis Cabannat et Eric Giraudier, les élus du territoire d’Alès ont pratiqué la politique de la chaise vide. C’est désormais de l'histoire ancienne... Au moins quatre élus seront présents à l’Assemblée Générale, ce lundi. Ils sont prêts à se remettre au travail et à mettre les disputes sous le tapis. Faut dire que la disparition totale des radars de Francis Cabannat ne favorise pas toute volonté de résistance...

La Rédaction.

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio