Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 25.03.2020 - tony-duret - 1 min  - vu 1121 fois

DES NOUVELLES DE… La députée Annie Chapelier a remis sa blouse d’infirmière

Annie Chapelier. Photo Tony Duret / Objectif Gard

La députée de la 4ème circonscription du Gard, Annie Chapelier, est venue prêter main forte au personnel du centre hospitalier de Nîmes. 

Il a fallu insister pour que la députée Annie Chapelier accepte de parler de son investissement au sein de l’hôpital Carémeau où elle travaillait il y a encore trois ans. « Je ne me distingue en rien des autres, mon action n’est pas plus louable. Mettez surtout en avant l’engagement sans condition de mes collègues et du corps médical », souligne la députée.

Depuis lundi, l’infirmière-anesthésiste de profession porte à nouveau la blouse : « La première journée m’a surtout permis de reprendre mes marques. Je me remets à niveau. Demain, je serai au service réanimation ce qui permettra à d’autres de se reposer ». De ce qu’elle constate au CHU nîmois, « la situation est plus calme que dans d’autres départements et on est prêts », même si elle regrette la pénurie de tests pour le dépistage du coronavirus.

En dehors de cet engagement, son activité parlementaire se poursuit, mais différemment : « Notre fonction n’est pas faite pour ces temps de crise ou de guerre. Ce n’est pas une période pour légiférer, on passe la main à l’exécutif. Mais, je suis un relais de terrain. Je suis en contact avec les maires, avec la gendarmerie, les chefs d’entreprise ou les agriculteurs. Beaucoup sont dans l’interrogation », constate-t-elle.

Et dans le peu de temps qu’il lui reste, Annie Chapelier est dans l’anticipation : « Il faut préparer l’après covid. Je travaille sur un grand nombre de propositions, notamment en matière d’écologie. Il  faut impérativement tirer des leçons de ce qu’il se passe en ce moment. »

TD

tony.duret@objectifgard.com 

Tony Duret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio