Publié il y a 1 an - Mise à jour le 11.04.2023 - Abdel Samari - 2 min  - vu 1009 fois

ÉDITORIAL Au feu, les pompiers, V'là la maison qui brûle !

incendie pompiers
Photo Sapeurs-Pompiers du Gard

Le beau temps tout ce week-end de Pâques fut si agréable que beaucoup de Gardois se sont lancés dans les premiers barbecues de l'année. Une bonne nouvelle mais gare, dans le département, le risque incendie est plus que jamais là.

Un feu de végétation démarre du sol et, dans 9 cas sur 10, à cause d’une action humaine rappelle le ministère de l'Écologie. Du fait d’une activité économique (chantiers de BTP, activités agricoles...) ou bien d’une activité du quotidien (mégots de cigarettes, barbecues ou feux de camps). Généralement, ce sont les herbes, broussailles, petites branches ou encore des aiguilles qui prennent feu. Ce dernier se propage ensuite à vitesse grand V grâce aux arbustes et branches mortes. Difficile à contrôler, il peut occasionner des dégâts importants malgré l'intervention rapide des pompiers. C’est pourquoi, une nouvelle fois, il est primordial de rappeler que la responsabilité individuelle est au coeur de la prévention. Par des gestes simples, il est possible de réduire considérablement le risque de départ d'un incendie. Et d'éviter à votre voisin ou à un autre habitant gardois de perdre toute sa vie avec sa maison, en quelques minutes. Pour cela, il faut s'astreindre à ne conserver par exemple de combustibles près des habitations, à éviter d'utiliser des outils susceptibles de provoquer des étincelles à proximité des végétaux, en ne fumant pas en forêt, en ne jetant pas ses mégots au sol. Enfin, et ce, tout au long de l'année, en débroussaillant son jardin. Une action qui n'est pas réservée qu'aux autres. Encore plus dans le Gard où tous les territoires sont particulièrement concernés. Rappelons que notre département est très sensible au risque d’incendie de végétation avec plus de 50 % du territoire occupé par des forêts, landes ou garrigues. Sans compter la sécheresse déjà active chez nous qui renforce les phénomènes. Débroussailler, ça prend du temps, c'est pas une activité super fun. On le conçoit. Mais c'est une obligation ! Un propriétaire qui n’a pas réalisé de débroussaillement peut se voir mise en demeure par le maire de sa commune. Si la mise en demeure n’est pas respectée, la commune pourra d’office effectuer les travaux aux frais du propriétaire. Sans compter l'amende d’un montant maximal de 30 euros par mètre carré non débroussaillé. Une sanction qui peut coûter très cher. Pas seulement au porte-monnaie. Il suffit de voir les conséquences lors de la dernière saison estivale où les compteurs des incendies de forêt ont explosé. Le prochain été s'annonce tout aussi dévastateur. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire... Si ce n'est pas déjà fait !

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio