Actualités
Publié il y a 3 mois - Mise à jour le 12.10.2022 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 415 fois

EXPRESSO Carburant : les bus nîmois pour l'instant à l’abri de la pénurie

Photo d'illustration / Droits réservés

À Nîmes métropole, les bus du réseau Tango ont deux semaines de carburant en réserve. Ils en vendent même à leurs conducteurs pour qu’ils puissent aller travailler… 

Depuis plusieurs jours, un vent de panique souffle sur la France. Lancée fin septembre par la CGT, une grève paralyse actuellement plusieurs raffineries appartenant à TotalEnergies ainsi qu’à Esso-ExxonMobil, comme c’est le cas à Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône. Ce mardi, les salariés ont reconduit le mouvement, soucieux d’obtenir un partage des « superprofits » réalisés par les pétroliers au travers d’une hausse de 10 % des salaires. Dans le Gard comme ailleurs, les automobilistes tournent, à la recherche des stations-service qui ont encore du carburant.

Qu’en est-il des transports en commun ? Joint par téléphone, le directeur général de l’entreprise Transdev, Ludovic Martin, se dit pour l’heure à l’abri de la pénurie : « Notre entreprise négocie à l’échelle nationale l’achat de gasoil. Par rapport à d’autres secteurs, nous sommes prioritaires. » Aujourd’hui, le dépôt présente une réserve de 45 000 litres et une livraison de 30 000 litres est prévue ce mardi. Sachant que le réseau, composé d’une trentaine de bus, consomme 6 000 litres par jour. « Nous pouvons encore tenir deux semaines », estime le directeur. 

Par ailleurs, Trandev a décidé de vendre du carburant à ses salariés « pour qu'ils puissent venir travailler » : « Avant hier, il restait 20 km de réserve à un employé. Nous vendons au prix du marché, soit 1,50€ le litre de gasoil », indique Ludovic Martin. Si l’heure n’est pas à l’inquiétude, une interrogation demeure : la pénurie de carburant pousse-t-elle les automobilistes à délaisser leur voiture pour prendre les transports en commun ? « Pour l’heure, nous n’avons pas assez de recul », commente Ludovic Martin qui conclut : « Sur le réseau global, nous sommes à 57 000 voyages par jour en moyenne, soit le même niveau de fréquentation qu’avant la crise sanitaire ». 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais