Actualités
Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 25.02.2016 - thierry-allard - 2 min  - vu 520 fois

FAIT DU JOUR CCPG - CCPU : Collias au cœur d’un imbroglio intercommunal

Le village de Collias (Photo : Thierry Vezon / Grand site des Gorges du Gardon)

Mercredi dernier, le conseil municipal de Vers-Pont-du-Gard actait son souhait de quitter la Communauté de communes du Pont du Gard (CCPG) pour rejoindre la Communauté de Communes du Pays d’Uzès (CCPU). Une décision qui risque fort d’impacter la commune voisine de Collias, qui n’avait rien demandé.

En effet, si la décision de Vers était suivie par la commission départementale de la coopération intercommunale (CDCI) dans les prochaines semaines, Collias se retrouverait isolée des communes restantes dans la CCPG.

« Aujourd’hui, on est un peu bloqués »

Reliée aux autres communes de la CCPG par Vers, Collias perdrait de facto toute continuité territoriale, ce qui, compte tenu de la loi NOTRe, « n’est juridiquement pas envisageable », nous a confirmé la préfecture du Gard. Concrètement, Vers va devoir déposer un amendement à la CDCI, mais en l’état actuel des choses — en d’autres termes si Collias ne suivait pas Vers et Argilliers à la CCPU ­­— « le préfet ne pourrait pas aller dans ce sens », nous a expliqué la préfecture. En clair, Collias peut enrayer le processus.

La Communauté de communes du Pont du Gard avec, à l'ouest sur la carte, Collias (DDTM du Gard)

« Aujourd’hui, on est un peu bloqués » résume le maire divers gauche de Collias Benoît Garrec. C’est que le maire et sa commune n’en sont pas encore au stade des choix, alors que l’avenir de la CCPG s’est assombri après la décision d’EDF de fermer sa centrale d’Aramon, qui va provoquer une perte de rentrées fiscales de 4 millions d’euros par an pour l’EPCI.

« Je pense que la CCPG va voter contre la sortie des deux communes (Vers mais aussi Argilliers, qui s’oriente elle aussi vers une intégration à la CCPU, ndlr), et nous ne nous prononcerons pas » affirme Benoît Garrec. « Avec Jean-Luc Chapon (maire d’Uzès et président de la CCPU, ndlr) on s’est vus, pour ne pas être pris au dépourvu, mais j’en suis aux analyses. »

« Le maire de Vers ne m’a pas demandé avant »

Et le maire de Collias, qui dit ne pas avoir été informé par son homologue versois de sa décision de rallier la CCPU (« il ne m’a pas demandé avant »), n’utilisera pas la même méthode que son voisin : « on ne fera pas de délibération, je veux que tous mes conseillers municipaux puissent lire les résultats des études de la CCPG concernant un rapprochement ou un éclatement de la communauté de communes » affirme l’édile, qui « pense même faire une réunion publique. »

Présent mercredi dernier dans le public du conseil municipal de Vers, Benoît Garrec, par ailleurs conseiller communautaire à la CCPG, affirme que le tableau dressé par Olivier Sauzet comportait « des choses fausses » notamment sur les cantines scolaires ou encore le montant des impôts. Lors du conseil municipal, l’adjoint RBM versois Laurent Milesi avait lui aussi dénoncé un tableau « complètement faux et biaisé. »

En attendant, si l’hypothèse d’un départ de Vers, Argilliers et éventuellement Collias se confirmait, l’existence légale de la CCPG ne serait certes pas menacée* mais le coup serait potentiellement fatal à l’EPCI. La Communauté de communes du Pont du Gard perdrait ainsi… le Pont du Gard.

* Dans ce cas, la CCPG compterait encore 18 500 habitants alors que le seuil minimum fixé par la loi NOTRe s’établit à 15 000 habitants.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais