Publié il y a 20 jours - Mise à jour le 02.06.2024 - Yannick Pons - 3 min  - vu 769 fois

FAIT DU JOUR Le terroir gardois s'invite aux Jardins de la Fontaine

JM'S aux Jadrins de la fontaine

JM'S aux Jadrins de la fontaine

- Photo Yannick Pons

Le Salon de l’agriculture gardois et des savoir-faire de nos terroirs s’est installé aux Jardins de la Fontaine ce week-end, afin de réunir agriculteurs, professionnels et consommateurs à se joindre à la fête du terroir.

Depuis vendredi 31 mai et jusqu’à ce dimanche 3 juin, les Journées méditerranéennes des saveurs (JM’s) qui ont commencé par une soirée animée par les Jeunes agriculteurs autour de vins, tapas, et animation musicale, se sont installées aux Jardins de la Fontaine.

Week-end pédagogique

Tout le week-end, les JM’s, portées par l’Agglo et la Chambre d’agriculture du Gard, offrent une véritable rencontre entre producteurs locaux et consommateurs. Ferme géante, machines agricoles et marché des producteurs… Un véritable Salon de l’agriculture en plein cœur de Nîmes, dans un écrin de nature dessiné par les Jardins de la Fontaine. 

Une machine à vapeur fait tourner un manège • Photo Yannick Pons

« Les JM’s cette année, c'est une nouvelle fréquence, biannuelle, un nouveau lieu, plus d’animations, plus de découvertes et plus de partage. Car c’est de notre responsabilité à tous, l’état, les collectivités, les agriculteurs et les consommateurs qui devraient appréhender l’achat comme un acte politique et citoyen », indique Magali Saumade, présidente de la Chambre d'agriculture du Gard, qui lance un appel aux Gardois.

Une machine à fabriquer des essences • Photo Yannick Pons

Ferme éphémère

Les JMS sont une manière conviviale d’expliquer que derrière chaque produit, il y a un homme ou une femme qui travaille, cultive, élève, cuisine… et qui, grâce à son savoir-faire, contribue quotidiennement à la préservation de notre beau territoire.

« Une ferme éphémère au cœur de Nîmes, des enfants qui découvrent un monde rural, un partage en famille des vérités de la terre, un voyage dans le vrai. Je t'aime, tu m’aimes, on sème ! », lance Franck Proust, président de Nîmes métropole, dans une envolée lyrique très proustienne.

Le salon de l'agriculture du Gard • Photo Yannick Pons

Comme à chaque édition, les animaux sont les vedettes de ces JM's par le nombre et la diversité des animaux présentés. Beaucoup de vaches, de moutons, chèvres, cochons, lapins, volailles, mais aussi machines agricoles.

Nouveautés

Cette année, le cheval est à l’honneur, avec notamment des démonstrations équestres dans une carrière et des balades en calèche. En plus de races emblématiques comme le Camargue, le Gard compte de nombreuses structures équestres spécialisées dans l’élevage ou l’endurance.

La ferme en plein air des Jardins de la fontaine • Photo Yannick Pons

Une exposition sur l’histoire de l’agriculture permet au visiteur d’appréhender les pratiques agricoles d’hier et d’aujourd’hui, les impacts sur notre société, les défis à relever depuis les origines de l’agriculture au néolithique jusqu’aux enjeux du XXIᵉ siècle en passant par la domestication des animaux, la mécanisation, ou l’agriculture connectée.

Quizz, jeu, exposition sur l’agriculture, ateliers culinaires, démonstrations (ex : ruche vitrée, distillation de plantes, manège…), les organisateurs ont mis l’accent sur la pédagogie autour de l’agriculture avec une multitude d’animations gratuites tout le week-end.

belle gardoise baguette jardins de la fontaine (yp)
La fête de la gastronomie • Photo Yannick Pons

La Belle gardoise

Sous les feux des projecteurs, la filière de la Belle gardoise, qui accouchera en 2025 d’une baguette 100 % gardoise ou presque, a été présentée samedi après-midi. Autour d'un collectif de professionnels, la création d'une filière blé-farine-pain 100 % locale portée par Christophe Hardy. 

belle gardoise baguette jardins de la fontaine (yp)
Les protagoniste de la Belle gardoise • Photo Yannick Pons

La culture de blé tendre dans le Gard représente actuellement 7 500 tonnes chaque année. Puisqu’il n’y a plus de moulins dans le Gard, ce sont des meuniers limitrophes du département comme la Minoterie Giral installée à Roquemaure (84) qui fabriqueront la farine destinée aux boulangers gardois.

« Je suis très fier aujourd'hui de représenter les boulangers, je pense qu'il faut qu'on consomme absolument et 100 % local, c'est hyper important si on veut sauver notre territoire », indique le patron des boulangers du territoire qui annonce la première baguette pour octobre 2025.

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio