Actualités
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 29.09.2022 - yannick-pons - 2 min  - vu 266 fois

GRAU-DU-ROI Quatre ministres, trois océans et deux jours au chevet d'un littoral

Yannick Pons

Hervé Berville, secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargé de la mer. (Photo Yannick Pons) • Yannick Pons

L'association nationale des élus du littoral (ANEL) a rassemblé quatre ministres, trois océans, ainsi que 400 professionnels et élus des collectivités du littoral français. Pendant deux jours, des tables rondes seront ouvertes autour des enjeux essentiels du développement durable des littoraux. 

C'est au club Belambra de Port Camargue que s'est ouvert ce jeudi matin et pour deux jours, une réflexion vertueuse sur l'avenir du littoral français. Avec 5 800 kilomètres de côtes, la zone maritime de la France représente plus de 11 millions de km2 dont 80 % en Outre-mer. Nos littoraux sont en première ligne et subissent les effets du dérèglement climatique. "Il faut une logique d’ensemble. Pourquoi est-ce que les littoraux devraient gérer seuls les conséquences de la montée du niveau de la mer ?", lance Jean-François Rapin, sénateur du Pas-de-Calais et président de l'ANEL depuis dix ans.

Après l'appel de Pornic l'année dernière, Robert Crauste évoque "la convocation du Grau-du-Roi". Il a accueilli, ce jeudi matin, 400 personnes d'expérience pour deux jours de réflexions autour de la préservation du littoral : "La planète nous convoque, la mer nous convoque. Pendant ces deux jours, nous allons travailler pour fonder un nouveau monde", explique le maire du Grau-du-Roi et secrétaire général de l'ANEL.

De l'autonomie alimentaire

C'est le secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargé de la mer, Hervé Berville, qui a ouvert les débats ce matin, avec pour objectif, une importante réflexion sur la valorisation et la préservation des littoraux. Après l'autonomie énergétique, sujet revenu au premier plan européen avec la guerre en Ukraine, le ministre a insisté sur l'importance de l’autonomie alimentaire. "Préservons la pêche en France", a-t-il lancé, avant que la première table ronde soit ouverte par Dominique Faure, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de la ruralité.

Les pêcheurs restent à quai

La pêche au Grau-du-Roi reste un sujet important et préoccupant. Ainsi, en marge des débats, le député Nicolas Meizonnet et ses collègues députés du Rassemblement national du littoral méditerranéen ont adressé ce jour une lettre à Hervé Berville, afin de lui demander une table ronde sur le sujet de la pêche en Méditerranée. En extrême difficulté, les pêcheurs souffrent de nombreux maux, en premier lieu desquels les restrictions européennes, toujours plus contraignantes, comme la baisse du nombre de jours en mer imposée par le plan West Med. Mais également l'augmentation des prix du gasoil qui préoccupe les pêcheurs. Un bateau de pêche consommant entre 1 500 et 2 000 litres par jour, les pêcheurs graulens risquent de rester à quai.

Yannick Pons

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais