Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 19.04.2024 - Yannick Pons - 3 min  - vu 4471 fois

GRAU-DU-ROI Saint-Pierre : l’appel désespéré des marins pêcheurs au préfet

David Papy devant le Matthias-Thomas

- Photo Yannick Pons

Alors que la Saint-Pierre a été annulée, les marins pêcheurs ne décolèrent pas, mettent en cause une jauge qu’ils considèrent inique et en appellent au préfet du Gard Jérôme Bonet.

La fête des pêcheurs a été annulée pour une raison de limitation du nombre de personnes autorisées sur les navires lors de la sortie en mer et du dépôt de gerbes en hommage aux marins disparus. En soutien et en campagne pour les Européennes, Marion Maréchal est annoncée au port de pêche du Grau-du-Roi ce samedi matin.

Instruction expérimentale

David Papy, le président de l'association qui organise l'événement, a informé l'annulation de la fête de la Saint-Pierre qui devait avoir lieu au sein de la station balnéaire gardoise du 21 au 23 juin. Robert Crauste, le maire du Grau-du-Roi, a annulé solidairement les festivités la semaine dernière.

En cause, un texte qui restreint la limitation du nombre de personnes, et la menace de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) de verbaliser les bateaux qui ne seront pas en règle. Depuis, les marins graulens ont reçu une pluie de soutiens, de l’Union des Jeunes de Provence et du Languedoc (UJPL) au député Nicolas Meizonnet en passant par Marion Maréchal qui indique sa venue au port de pêche gardois ce samedi.

Dialogue de sourds

Le 27 mars 2024, les pêcheurs organisateurs de la Saint-Pierre du Grau-du-Roi étaient invités à une réunion de la préparation de la Saint-Pierre 2024. Cédric Indjirdjian, directeur adjoint délégué à la mer et au littoral (DDTM) pour le Gard et l’Hérault précisait qu’il souhaitait que les règles de sécurité en question devraient être suivie à la lettre. La préfecture maritime a averti qu’il y aurait des sanctions en cas de non-respect que, d’ordinaire, une certaine tolérance avait été pratiquée.

Cette instruction* définit l’encadrement à titre expérimental des conditions d’emport de passagers à bord des navires de pêche pour les ports du Grau, Agde et Sète, dans le cadre de manifestations nautiques en mer. Il autorise l’emport de plus de douze passagers à bord d’un navire de pêche lors de manifestations nautiques en mer. Selon ce règlement, seuls 4 ou 5 bateaux pouvaient prétendre embarquer 27 personnes alors que les pêcheurs en demandent 50.

Jauge inique

C’est ainsi que l’événement a été annulé, mais les pêcheurs ne décolèrent pas. La Saint-Pierre, avec sa sortie en mer et le dépôt de gerbes en hommage aux marins disparus, est un moment solennel et religieux extrêmement important pour eux. « Cette fête est très importante pour nous tous. Les cendres de proches de beaucoup de pêcheurs sont en mer et moi, je fais venir un fleuriste pour l’occasion afin d’habiller le navire », indique Dominique Duprat le patron du Matthias-Thomas.

De plus, ils considèrent que la jauge qui s'applique à des bateaux de promenade est totalement inique et arbitraire. Les pêcheurs ont réglé le problème de la sécurisation du matériel de pêche, le balisage et l’interdiction d’accès aux matériels (treuils, portiques, machinerie…), la formation de l’équipage.

Moyens d'évacuation

« Mais après cinq ans de discussion, beaucoup de questions restent sans réponse précise et cohérente. La base de calcul du nombre de passagers semble être une estimation à la louche qui correspond à peu près arbitrairement à un passager par mètre. Le dossier de stabilité demandé, qui octroie la possibilité d’embarquer 25 passagers au lieu de 12 sur un navire de plus de 12 mètres, est incohérent et terriblement coûteux. Alors que 10 tonnes de poisson correspondent à 125 personnes en moyenne… Et pourquoi 25 et pas 50 passagers ? On ne peut pas trier dans les familles qui montent et qui ne monte pas », explique David Papy.

Les questions de stabilité des navires ont vite été écartées lors de la dernière réunion, selon le pêcheur. « Au fil de la discussion, on nous a finalement répondu que le problème n’était pas le nombre de passagers, mais le manque de moyens pour l’évacuation des personnes et le manque de formation des marins », ajoute David Papy.

50 ou rien

Les pêcheurs graulens ont investi dans 600 gilets de sauvetage financés par la coopérative Socomap, investi dans des échelles. Lors de l'événement, ils louent des catamarans avec des places disponibles au cas où… Deux zodiacs de la police municipale, une vedette et zodiacs de la SNSM et une vedette de Port-Camargue seront sur les lieux. Et la manifestation ne dure qu’une heure, par an.

"Les marins pêcheurs du Grau-du-Roi en appellent au préfet du Gard, espérant obtenir des réponses claires et précises. Nous sommes persuadés que les services de l'État mis à notre disposition pour nous accompagner sauront répondre à toutes ces interrogations." Les marins pêcheurs sont impatients de travailler main dans la main avec le préfet dans le but commun qui est la pérennité et la sauvegarde de leurs traditions.

De son côté, la préfecture du Gard vient de répondre à Objectif Gard que le préfet Jérôme Bonet laisse sa porte ouverte aux marins pêcheurs du Grau-du-Roi.

(*) Instruction numéro 001/SECUNAV/DGAMPA/2024

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio